À son amant, Khadija offre la vie de son mari (17)

À son amant, Khadija offre la vie de son mari (17)

Dans un publiphone, Khadija a composé le numéro de téléphone de Fettah.
« Allo !»
C’est lui qui était à l’autre bout du fil. Du coup, elle a commencé à sangloter, à lui raconter ce qui lui est arrivé avec son mari, son père et sa belle-mère.
«Ne te fâche pas. Sois tranquille au moins durant ces jours. On va passer une fois encore une belle journée ensemble. Bon, pour ne pas oublier, je t’invite la semaine prochaine au baptême de mon enfant qui a vu, hier, le jour. Rappelle-moi le surlendemain», lui a-t-il affirmé avant de raccrocher.
Sans aucun doute, Khadija avait d’autres choses à lui confier. Mais, il a raccroché. Elle est retournée chez elle. Son mari n’y était pas. Il n’y avait que ses deux enfants.
Il était treize heures de ce lundi du mois de septembre 1994. Ismaël est rentré chez lui. Khadija lui a servi la table pour déjeuner avec ses deux enfants. Il a remarqué que Khadija avait changé ses comportements. Elle n’était plus celle qui demandait le divorce, il y a uniquement deux jours. Maintenant, elle souriait, lui demandait s’il avait besoin de quoi que ce soit, sollicitait ses deux enfants de l’embrasser…Peut-être qu’elle s’est convaincue, enfin, qu’elle devait garder son foyer conjugal loin des problèmes, qu’elle devait garder son mari et ses deux enfants, qu’elle devait oublier son bien-aimé, Hamid, et son nouvel amant, Fettah et qu’elle ne devait pas tromper son mari qui essayait de prendre soin d’elle.
Ismaël est allé à son emploi. Il n’est retourné chez lui que le soir. Le dîner a été préparé et servi. Les deux enfants allaient dormir. Khadija a rejoint sa chambre à coucher. Elle l’a abandonnée depuis deux jours. Ismaël semblait être heureux de ce nouveau changement. Khadija l’a laissé faire.
«Je suis invitée la semaine prochaine au baptême de l’enfant d’une amie. Je dois lui offrir un cadeau», lui a-t-elle chuchoté à l’oreille.
La réponse d’Ismaël n’était qu’un «oui» tout court.
Le lendemain matin, il lui a donné une somme d’argent pour acheter un cadeau. Et il est parti. Aussitôt, Khadija s’est adressée au publiphone du quartier et a téléphoné à Fettah qui lui a précisé la date du baptême.
Avec ses deux enfants, Khadija a assisté au baptême. Quand elle s’est apprêtée à partir, Fettah l’a suivie. En dehors de chez lui, il l’a arrêtée pour converser avec elle.
«Je ne supporte plus la vie avec Ismaël. J’en ai ras- le-bol».
«Je vais t’aider», a-t-il répondu.
Comment ? Elle n’en avait aucune idée. «Nous devons d’abord nous rencontrer pour prendre un déjeuner chez ma mère», lui a-t-il proposé sur un ton ironique. Elle s’est contentée de lui lancer un clin d’œil tout en souriant. Ses deux enfants se tenaient à l’écart.
«Appelle moi le lendemain», lui a-t-il demandé avant de la conduire vers le boulevard pour lui trouver un petit taxi.
Le lendemain matin, elle l’a appelé par téléphone. Ils ont fixé un rendez-vous pour l’après-midi. Elle l’a rejoint chez sa mère.
«Avec toi, j’ai commencé à oublier Hamid… Tu es devenu mon amour… Je ne pense qu’à toi», a-t-elle confié à Fettah qui la couvrait d’étreintes.
Fettah a cru à ses paroles surtout qu’il a commencé à ressentir les mêmes sentiments. En fait, c’était l’amour et le début d’un nouveau chemin pour les deux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *