À son amant, Khadija offre la vie de son mari (3)

À son amant, Khadija offre la vie de son mari (3)

Hamid semblait être sincère et sérieux. Il n’avait pas l’intention de passer son temps à profiter du corps de la fille comme font d’autres hommes. Il l’aimait vraiment. « Je t’aime et je n’aime que toi… Je rêve que tu sois ma femme d’ici le lendemain…», lui a-t-il chuchoté à l’oreille lorsqu’ils étaient attablés dans un café du centre- ville. Timide, elle a baissé les yeux, dissimulant un beau sourire qui a orné son visage enfantin. Enfin, elle a été convaincue que Hamid était l’homme avec qui elle pourrait continuer le chemin de sa vie, prendre soin d’elle, la couvrir d’affection, la soutenir psychiquement et ne jamais l’abandonner. «Tu sais que je t’aime comme toujours. Ça fait plus d’une année que nous sommes ensemble et nous ne pouvons pas rester toujours en couple sans être sous le même toit», lui a-t-il dit tout en attendant sa réponse. Seulement, elle a gardé, comme à l’accoutumée, le silence. Elle n’a jamais de réponse, ni d’avis, ni de commentaire sur quoi que ce soit. Elle se réfugiait toujours dans le silence. Mais, le plus important est qu’elle l’aimait. Un sentiment qu’elle n’arrivait pas à l’exprimer, mais qui a été remarqué au fond de ses yeux. « J’ai parlé de toi à mes parents. Je leur ai expliqué que je vais me marier avec toi. Et nous avons fixé rendez-vous pour la semaine prochaine pour qu’on rende visite à ta famille afin de te demander en mariage», lui a-t-il lancé. Pas de réponse. Elle a toujours gardé le silence. Hamid a insisté pour qu’elle lui réponde. Parce que la décision doit être prise à deux. «Mais tu passes quotidiennement devant chez moi…», a-t-elle balbutié avec son beau sourire. Hamid a compris qu’elle était consentante. Il a fixé la date. C’était un dimanche du mois de mai 1989 que Hamid avait accompagné ses deux parents, ses deux sœurs et sa tante chez la famille de Khadija. Ils l’ont demandée en mariage à son père,. «Nous devons parler à sa mère. Je ne sais pas si elle accepte de l’épouser à ton fils ou non». C’est ainsi que le père de Khadija a terminé la discussion avec la mère de Hamid. Celle-ci était certaine que la réponse du père de Khadija traduisait son refus catégorique du mariage entre les deux jeunes amoureux. Mais, Hamid avait de l’espoir puisqu’il a cru aux paroles du père de Khadija. Celle-ci ne savait pas à quel saint se vouer puisque son père lui a exprimé clairement son opposition à son union avec Hamid. Elle ne lui a pas demandé pourquoi. Parce qu’elle s’est habituée à accepter les ordres sans les discuter. Et il ne lui a pas exposé les raisons de son refus. Pour lui, c’est une décision finale, à ne pas discuter. Il lui a même interdit de sortir de chez elle. Elle n’avait plus le droit de mettre le nez dehors. Elle était quasiment emprisonnée. Hamid a compris le message. Personne ne savait s’il l’a reçu directement ou indirectement. C’était la souffrance pour les deux amoureux qui n’avaient plus le choix. Le cœur cicatrisé, Hamid est parti définitivement. Et Khadija est restée à la merci d’un père dictateur. Et sa belle-mère ? Quel était son rôle dans cette décision du père ? N’est-elle vraiment pour rien ? Ou c’était elle qui a pris la décision et le père n’était qu’un exécuteur ? Tout est possible, surtout qu’une nouvelle décision a été prise : marier Khadija à Ismaël, le beau-fils du père !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *