A table avec Choumicha

A table avec Choumicha

Souriante et dynamique, Choumicha, mère de famille, tient à ce que le ftour, moment de la rupture du jeûne, soit un moment de partage entre les membres de sa famille, ses deux enfants et son mari. "Nous passons Ramadan comme n’importe quelle famille marocaine. Nous, mon mari, mes deux garçons et moi, réunissons autour de la table, lors du ftour, non seulement pour partager un bon repas mais également pour partager un agréable moment de retrouvailles en famille. En somme, c’est un moment chaleureux.", déclare avec émotion Choumicha. Simplicité, légèreté et équilibre nutritionnel sont les principaux éléments qu’elle préfère respecter dans le choix des repas à cuisiner. Les incontournables recettes traditionnelles marocaines, préparées spécialement pendant le mois de Ramadan, sont très appréciées par sa petite famille. «Les plats salés comme "batboute farci", "briouate" et "chaussons" ornent souvent notre table. Pour alterner avec la “harira“, on prépare différentes soupes soit à base de légumes soit d’autres aliments légers. Sellou, Chebbakia et r’ghaief sont les incontournables recettes de ce mois. Impossible de s’en passer.», ajoute-t-elle. Simplicité, modestie, fraîcheur et spontanéité sont les mots d’ordre chez cette femme, qui a su s’imposer dans le paysage audiovisuel national. En quelques années, elle est devenue la plus célèbre présentatrice de télévision au Maroc. Ses deux émissions "Ch’hiwate Choumicha" et "Ch’hiwate Bladi" ont enregistré un franc succès dans le Royaume. Son visage souriant est familier pour toutes les franges sociales marocaines. Son dynamisme, son charme naturel et sa simplicité séduisent petits, grands, hommes et femmes sans exception. Son nom est sur toutes les lèvres. Ses recettes, inspirées de la gastronomie marocaine traditionnelle mais également de la cuisine étrangère, sont très prisées par les gourmets et gourmands. Simples à préparer, elles sont testées par la plupart des femmes marocaines. A travers sa célèbre émission "Ch’hiwate Bladi", Choumicha fait découvrir aux millions de téléspectateurs toute la richesse du patrimoine culinaire du terroir et la culture des différentes régions du Royaume.
Pour elle, cuisiner est un art de vivre et une façon de prendre soin d’elle et de sa famille. "Le bien-être passe par le bien-manger", précise-t-elle. La décoration est sa passion. Comme la cuisine. L’art de vivre, elle le cultive au quotidien, en famille bien sûr avec son mari et ses enfants. Issue d’une famille conservatrice et très attachante à ses traditions, Choumicha a pu nourrir sa passion pour la gastronomie auprès de sa mère et de sa grand-mère. Mais aussi en lisant des ouvrages de cuisine notamment ceux de Fatima Hall.  "Plusieurs personnalités m’ont influencée. Outre ma mère et ma grand-mère, que je considère comme une mine de recettes traditionnelles, Fatima Hall et le chef Hicham Najiz sont de véritables ambassadeurs de la cuisine marocaine.", affirme-t-elle. Ambitieuse, Choumicha a récemment ajouté une nouvelle corde à son arc en passant de la télévision à la presse écrite. En effet, elle vient de lancer le premier magazine culinaire marocain. Baptisé "Saveurs & cuisine du Maroc", cette revue se veut un support média consacrant la gastronomie marocaine qui a évolué au fil des générations. "Ce magazine constitue un hommage que j’offre à toutes les femmes que j’ai rencontrées durant mes voyages dans les différentes régions marocaines. Ces femmes qui sont les gardiennes de notre patrimoine culinaire. Elles transmettent des recettes d’antan sans se lasser. Elles le font avec un immense plaisir. Par ailleurs, je voudrais à travers le magazine non seulement mettre en valeur les plats traditionnels mais également montrer que la gastronomie marocaine a évolué dans le temps. Elle s’est modernisée tout en gardant la touche nationale. Les chefs de cuisine marocains ont intelligemment adapté la cuisine marocaine aux besoins et aux goûts de la famille marocaine d’aujourd’hui en s’inspirant des plats étrangers.", indique Choumicha. Et d’ajouter: " ma plus belle réussite serait de réconcilier la femme marocaine avec sa cuisine. Son émancipation et son épanouissement professionnel ne devraient pas se contredire avec sa cuisine."

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *