Abderrahim Souiri : «L’été est synonyme de fêtes de mariage»

Abderrahim Souiri : «L’été est synonyme de fêtes de mariage»

En bon vivant, le chanteur Abderrahim Souiri sait décidément joindre l’utile à l’agréable. Pour cet artiste largement sollicité, l’été est certes synonyme de spectacles, de concerts et de célébrations des fêtes de mariage, aussi bien au Maroc qu’à l’étranger, mais notre chanteur a su trouver l’astuce pour profiter de ses vacances malgré un agenda surbooké durant les trois mois à venir. «A chaque fois que je suis sollicité pour animer des fêtes de mariage dans les différentes villes du Maroc, j’en profite pour me décontracter. Si je suis par exemple sollicité pour un mariage à Agadir, j’y vais un jour ou deux à l’avance pour profiter de la plage et du beau temps», explique-t-il.
Souiri aime décidément se faire plaisir et goûter aux petits bonheurs de la vie. Et ses engagements professionnels, aussi prenants soient-ils, ne le découragent pas quand il s’agit de prendre du bon temps. Le célèbre chanteur de musique andalouse profite ainsi de ses déplacements pour faire le tour du Maroc : Tanger, Fès, Agadir, Rabat, Marrakech ou encore Sebta… «L’été pour nous les chanteurs est synonyme de fêtes de mariage», confie-t-il.
Souiri s’apprête ainsi à entamer une tournée dans plusieurs villes marocaines avant de mettre le cap vers la Tunisie, où il se produira dans le célèbre Festival de Carthage, puis vers l’Europe où il est sollicité pour animer plusieurs spectacles et fêtes de mariage, notamment aux Pays-Bas. «Cette année, j’ai animé une quarantaine d’événements aux Pays-Bas, notamment des mariages, des spectacles et des concerts», nous confie Souiri.
Une preuve parmi tant d’autres de la reconnaissance du public marocain, aussi bien au Maroc qu’ailleurs. Une reconnaissance qui est d’ailleurs largement méritée. Ce natif d’Essaouira s’est en effet initié à la musique dès son jeune âge. Il fut en outre élevé dans un environnement qui respire la musique. Son père, Maâlam Benjemaa Essouiri, était en effet doyen des chanteurs du Madih et du Samaâ. Et, à cinquante ans, Souiri est devenu l’une des plus grandes voix de la musique andalouse.
Une musique qu’il a su moderniser et remettre au goût du jour. Devenu une célébrité, Souiri a pourtant su garder des goût simples mais infaillibles. Ainsi, pour notre artiste, il n’y a rien de mieux que de passer ses vacances chez-soi : «Le meilleur endroit où je puisse passer mes vacances est bien évidemment ma ville natale, Essaouira».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *