Abou Marouane : «Arafat a laissé un héritage sacré»

Abou Marouane : «Arafat a laissé un héritage sacré»

Quel est votre sentiment après la disparition du grand homme d’Etat palestinien, Yasser Arafat?
Je suis réellement attristé par la disparition de ce grand homme, au même titre que tout le peuple palestinien ainsi que nos frères arabes et musulmans. J’implore le Tout-Puissant pour qu’il enveloppe le regretté de Sa Sainte Miséricorde. Je tiens à souligner, par ailleurs, que nous préserverons l’héritage que feu Yasser Arafat nous a laissé. Nous resterons fidèles à la cause qu’il a défendue. Cet héritage sacré n’est autre que la lutte du peuple palestinien pour son indépendance, le couvrement de ses droits, y compris celui de son retour à son pays dont la capitale ne sera autre qu’Al Qods. Notre peuple est capable de relever ces défis et de réussir la construction d’un Etat, libre, souverain et prospère. Ceci, avec l’aide et le soutien de nos frères arabes et plus particulièrement le Royaume du Maroc. Ce pays, souverain, gouvernement, peuple et société civile, a toujours été l’un des premiers à épauler le peuple palestinien dans ses souffrances. D’ailleurs, au Maroc, l’affaire palestinienne est érigée en cause nationale et SM Mohammed VI a qualifié le décès du frère Abou Ammar de tragédie pour le peuple marocain.
Qu’en est-il des funérailles du président Yasser Arafat?
En fait, les funérailles se dérouleront en deux étapes. Tout d’abord, une cérémonie d’adieu sera organisée au Caire, très probablement ce vendredi. Lors de cette cérémonie, tous les chefs d’Etat qui seront présents vont rendre un dernier hommage à Yasser Arafat, que Dieu ait son âme. Après la prière de la Janaza, à laquelle participeront les chefs d’Etat venus au Caire, la dépouille du défunt sera transportée vers Ramallah. Et Yasser Arafat sera finalement inhumé à la Mouqataa, bâtiment qui abritait son quartier, juste après que le peuple palestinien lui rende un dernier hommage.
Est-ce que des chefs d’Etats arabes se rendront-ils à Ramallah?
Certains chefs d’Etat arabes et musulmans n’ont pas souhaité pénétrer dans un territoire sous contrôle israélien. C’est la raison pour laquelle nous avons organisé une cérémonie au Caire. Toutefois, il se peut que certains ministres fassent le déplacement à Ramallah. Mais les chefs d’Etat, non.
Comment la transition politique s’opèrera-t-elle en Palestine?
En fait, la loi prévoit toute une procédure en cas de décès du chef de l’Etat. Notre regretté Abou Ammar nous a laissé des institutions solides. C’est ainsi que le frère Mahmoud Abbas qui occupait jusque-là les fonctions de secrétaire général de l’OLP a été nommé à la tête de l’Organisation de la Libération de la Palestine (OLP) pour succéder à Yasser Arafat.
L’OLP, je vous le rappelle, est considérée par la communauté internationale comme l’unique représentant légitime du peuple palestinien. Aussi, conformément à la loi fondamentale palestinienne, le président du Parlement palestinien Rawhi Fattouh, a prêté serment jeudi à la mi-journée comme nouveau chef de l’Autorité palestinienne. Il doit ainsi assurer l’intérim à la tête de l’Autorité palestinienne pendant deux mois, en attendant de nouvelles élections.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *