Bachir Abdou : «J’admire beaucoup mon épouse»

Bachir Abdou : «J’admire beaucoup mon épouse»

ALM: Comment avez-vous rencontré votre épouse ?
Bachir Abdou: Nous nous sommes rencontrés pour la première fois en Tunisie. J’y étais en déplacement où je participais à une manifestation culturelle. Je faisais partie d’un orchestre  auquel appartenait le professeur Mahmoud El Idrissi. Cet orchestre musical était présidé par Ahmed Awatif. Nezha était présente en Tunisie lors de cette  manifestation culturelle et faisait partie de la troupe du Théâtre national. Elle devait participer à une pièce de théâtre intitulée «Kadi Lhalka».
J’avais beaucoup apprécié la façon dont Nezha avait joué son rôle dans la pièce de théâtre. Elle a exécuté son rôle avec beaucoup de délicatesse. Cette admiration m’avait procuré ce jour-là un sentiment assez spécial. J’avoue que ce sentiment a allumé la flamme de l’amour.  Depuis cette première rencontre, notre relation a évolué et s’est soldée par le mariage.

Quand est-ce qu’a eu lieu la cérémonie de mariage ?
Nous avons célébré notre union en 1982 à Rabat. Cette fête à laquelle étaient conviés une panoplie d’artistes, a constitué un jour très spécial pour nous.

Combien avez-vous d’enfants ?
Nous n’avons eu qu’un seul garçon qui s’appelle Saâd Lamjarred et qui est âgé actuellement de 24 ans. C’est un grand passionné d’art. Il est en train de construire son avenir en tant que compositeur, chanteur et interprète.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ?
Nous avons plusieurs projets. En ce qui me concerne, je prépare une série de chansons avec des artistes connus, tels que Azeddine Mountasir et Rachid Abou Taj. Je collabore aussi avec Lamis, une poétesse de la ville de Marrakech qui a écrit les paroles d’une chanson sur la ville de Fès. La composition de cette chanson est assurée par le professeur Nacer El Houari. Je prépare aussi une chanson pour le mois de ramadan qui est écrite par Abdellatif Bouayad et composée par Mohamed Charif. J’ai enregistré aussi deux chansons, une sur la ville d’ Al Hoceima, l’autre sur la ville de Tanger. Par ailleurs, nous enregistrerons mon fils et moi une chanson intitulée «Aziz ou ghali». Cette dernière est composée et écrite par Saâd. Mon fils travaille également sur une autre chanson écrite et composée par Mohamed Charabi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *