Bal des revenants : Nourreddine Bouyahiaoui, un vétéran du KAC

Nourreddine Bouyahiaoui est né à Kénitra en1955. Dès son jeune âge, il jouait au terrain de football de Kénitra  athlétique club   (KAC).
Selon Bouyahiaoui, c’est Abderrahim Souiri qui l’a remarqué lorsqu’il avait 12 ans : «J’ai intégré les benjamins en 1967.  J’étais d’un milieu très modeste et Abderrahim Souiri m’a acheté des godasses pour jouer au KAC. En 1968, j’ai rejoint les cadets où j’ai évolué en tant que milieu défensif», raconte cet ex-footballeur.
Deux années après, en 1970, il intègre l’équipe première du KAC. «Je me suis entraîné toute une année.  J’avais comme entraîneur, le Portugais Vigas. Durant cette année, je n’ai joué que les derniers matchs du championnat national. J’occupais le poste d’arrière droit et je jouais au côté du grand footballeur Boujemaâ », souligne Bouyahiaoui. En 1972, ce dernier est devenu titulaire. Il portait le maillot n°4 et évoluait en tant que stoppeur au côté de son coéquipier Boujemaâ. Il est resté au KAC jusqu’à 1988.
 Durant ces 21 ans de jeu au sein du KAC, il a été deux fois champion du Maroc, lors des saisons   1981 à 1983 et  cinq fois vice champion. Le KAC a  remporté deux fois la Coupe du Trône, c’était en 1973 et en 1976.
En 1984, le KAC a participé à la Coupe d’Afrique des clubs champions et il est arrivé aux quarts de finale.Le club avait joué contre Jeanne d’Arc du Sénégal et a perdu  2 à 1.
L’année suivante, Bouyahiaoui et ses coéquipiers sont arrivés jusqu’à la  finale des clubs arabes champions. Le club a été battu par Al Anssar du Liban 1-0.
Nourreddine Bouyahiaoui a toujours réussi sa mission au sein de son unique  club, mais il a aussi représenté le Maroc  et a joué au sein de l’équipe nationale. Au sein de  l’équipe nationale, il est resté de 1978 à 1987. Bouyahiaou a défendu les couleurs nationales lors des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations, en 1980,  l’équipe nationale a  joué la phase finale qui s’est déroulée au Nigeria  et s’est classée 3e.
«J’étais capitaine de la sélection nationale de 1983 jusqu’à 1986. En 1983, nous avons décroché la médaille d’or aux jeux olympiques de Casablanca, nous avons joué contre la Turquie que nous avons battue en finale, c’était de très beaux moments vécus. Ensuite, à Los Angeles, nous avons participé aux jeux olympiques de 1984, nous avons perdu au 1er tour. Nous avons joué la finale contre l’Irak lors du jeux arabes de l’année 1984, le Maroc a perdu  1-0», se rappelle-t-il. En 1985, le Maroc est arrivé jusqu’à la demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations, organisée en Egypte. La sélection nationale a été battue par l’Egypte :1-0. «Le moment le plus fort de ma carrière au sein de l’équipe nationale, c’est notre qualification à la phase  finale de la Coupe du monde au Mexique en 1986.  Notre équipe regroupait de très grands joueurs tels Timoumi, Zaki, Bouderbala, Krimau, El Byaz, Dolmy et d’autres. Nous étions très disciplinés. Notre jeu était très harmonieux et la sélection nationale était sous la houlette de Faria. Nous étions passés au 2e tour et avions pris la tête du classement de notre groupe dans lequel se trouvaient de grandes nations. De retour au Maroc, nous étions chaleureusement accueillis par  feu SM  le Roi Hassan II  ainsi que par le peuple marocain. C’étaient des moments inoubliables. En évoquant ces beaux moments de ma vie de footballeur, j’ai la chair de poule», confie, tout ému, Bouyahiaoui. Lors de la saison 1986-1987, il a choisi une autre destination, celle des pays du Golfe. Il a passé une saison au club de Qatar El Khour. Ensuite, Bouyahiaoui  devient entraîneur de différents clubs : Tiflet, Benslimane, Al Barid, Sidi Yahya, Belksiri. Sans oublier qu’il était directeur technique des jeunes du KAC. Bouyahiaoui a mis fin à sa carrière d’entraîneur en 2003.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *