Basket : « Voir Venise et mourir »

Basket : « Voir Venise et mourir »

Entre Hamid Basket et l’Italie, c’est l’histoire d’une vieille et grande passion. C’est ce pays qui l’a accueilli, adopté et formé au métier de cinéaste il y a déjà plus d’une décennie. Reconnaissance, qui vient se conjuguer à une fascination, remarquée et remarquable, que l’artiste témoigne par ses fréquentes visites en Italie. Pour cet été, c’est une nouvelle belle récidive ! Le cinéaste se prépare à remettre le cap en Italie, en compagnie de sa ravissante femme Saïda Baâdi et de ses deux belles filles jumelles Inès et Yasmine. Interrogé sur sa ville favorite en Italie, l’artiste n’a pas l’embarras de choix : Venise. «A voir et à revoir absolument», exhorte-t-il, en pensant à cette ville nichée au cœur de l’Europe, au bord de la mer Adriatique, célèbre pour ses canaux, sa place Saint-Marc, son palais des Doges ainsi que son carnaval et son festival de cinéma mondialement connu sous  l’intitulé « La Mostra de Venice ».
Une rare beauté est inspirée par Venise, la ville des lagunes par excellence. L’artiste ne trouve pas autre endroit plus beau, plus serein et plus hospitalier. Mais voilà, l’équipée que M. Basket se prépare à faire de l’autre côté de la rive n’est pas pour durer. Bouffé par la préparation de son prochain long-métrage «Tanger, mon amour», il aura droit seulement à une semaine de vacances en Italie. La petite famille Basket, elle, pourra prolonger son séjour autant qu’elle le voudra. Le père est décidément très préoccupé. Après le réglage de quelques détails de budget concernant le dossier de candidature pour son prochain film auprès du Fonds d’aide au cinéma, il jettera l’ancre sur Le Caire en septembre prochain. Objectif : participer au Festival Ismailyia du court-métrage et du documentaire.
Le dernier court de Hamid Basket est d’ailleurs en train de faire une belle carrière. Après avoir remporté magistralement le Grand prix 2007 du court-métrage de Las Palmas (Iles Canaries), «Le Dernier cri» vient de décrocher une «mention spéciale» du jury du Festival du film court-métrage d’Oran, entre autres distinctions. Au même titre que sa pièce de théâtre « La Femme du Pacha », qui a eu en 2006 les faveurs du public et de la critique théâtrale. Figure incontournable du paysage cinématographique marocain, Hamid Basket a également fait de belles preuves de comédien et de metteur en scène.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *