Belgique : 120 heures de travaux d’intérêt général pour 3 viols sur une fillette de 6 ans !

Un adolescent de 15 ans condamné à 120 heures de travaux d’intérêt général pour avoir violé une fillette de six ans et demi. La décision a été prise par le juge de la jeunesse de Charleroi qui jugeait les faits commis en 2008 à Pont-à-Celles. La petite victime qui avait subi les trois viols, avait exprimé le souhait que son violeur «soit puni» : le jeune homme se voit adresser une «réprimande» par le juge de la jeunesse qui dans sa décision, l’engage aussi à «respecter l’autorité parentale». Enfin, le garçon est informé que «son maintien dans le milieu familial est subordonné à l’absence de nouvelles infractions». Les 120 heures de TIG seront exécutées sous le contrôle d’un assistant de probation. Tant les parents du garçon que ceux de la petite victime ne s’étaient rendu compte de rien. Les faits s’étaient déroulés le 10 juillet 2008 dans l’arrière-boutique d’un commerce de Pont-à-Celles où le garçon en vacances et visiblement désœuvré, visionnait des films pornographiques. La fillette et sa mère obtiennent l’euro provisionnel des dommages et intérêts à faire valoir sur un préjudice que leur avocat, Me Yves De Gratie, estime à 25.000 euros. L’avocat les réclamera aux parents si leur fils est insolvable, comme c’est à craindre. L’adolescent avait fait promettre à la fillette de n’en parler à personne. L’enfant s’était tue en effet, n’acceptant finalement de se confier qu’à une psychologue clinicienne spécialisée. Elle avait expliqué bien plus tard qu’elle n’avait pas voulu parler à sa mère «pour ne pas qu’elle devienne triste». Friand de sites de sexe, l’adolescent, avant de violer la fillette, l’avait obligée à le mettre en condition ainsi qu’il l’avait vu faire sur Internet. Quinze jours plus tard, il passait sous le régime pénal des plus de 16 ans; celui-ci aurait permis au juge de saisir les juridictions adultes. Et pour avoir soumis aux pires abus une fillette de cet âge, d’infliger autre chose que 120 heures, et une réprimande.»

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *