Charlene et Albert de Monaco se sont dit «oui»

Charlene et Albert de Monaco se sont dit «oui»

Le prince Albert et la princesse Charlene de Monaco se sont dit «oui» samedi au cours d’une fastueuse cérémonie devant 800 invités de marque et d’innombrables téléspectateurs, s’échangeant des regards complices dans la cour d’honneur du palais devenue église d’un jour. Robe spectaculaire, larmes, invités élégants… tous les ingrédients étaient là pour faire oublier une semaine tumultueuse, qui vit une folle rumeur envahir les conversations des Monégasques puis les journaux. Désormais, des sources proches de l’organisation du mariage parlent bien d’un couac entre les deux époux peu avant les noces et d’une probable demande de reconnaissance de paternité cachée. Pour autant, l’heure n’était plus vraiment à la polémique samedi: les Monégasques ont ovationné une nouvelle princesse qui doit perpétuer une dynastie des Grimaldi vieille de 700 ans. La Sud-Africaine Charlene, 33 ans, vêtue d’une robe Armani à la forme simple et près du corps, en soie blanc cassé avec des broderies, est arrivée au bras de son père sous les yeux de milliers de Monégasques invités à assister à la cérémonie sur écrans géants. Le prince, 53 ans, en uniforme de carabinier blanc, l’attendait devant l’autel installé dans la Cour d’honneur du Palais, l’air détendu, lui prenant la main avant le début de la cérémonie et lui adressant des petits mots. L’archevêque Bernard Barsi a invité le couple à se tenir la main et échanger leurs consentements. Et le prince a gratifié Charlene d’un clin d’œil avant de dire «oui». L’échange des anneaux a donné lieu à une petite confusion qui a fait sourire les époux, Albert engageant la bague à la mauvaise main. Il s’est accompagné d’un chant traditionnel sud-africain qui amène la bonne fortune aux mariés. Son interprétation par la cantatrice Pumela Matshikiza a suscité un large sourire de Charlene et une vive émotion chez son père. Charlene a enfin soulevé son voile et les deux époux ont échangé un petit baiser. Jusqu’alors, le prince n’avait jamais semblé pressé de se marier. Après être resté longtemps dans l’ombre de son père ou de ses sœurs archi-médiatisées, le souverain semble avoir gagné en assurance pour célébrer à 50 ans passés son mariage. Parmi les 800 invités, le roi des Belges, l’ex-tennisman français Henri Leconte, son compatriote le musicien Jean-Michel Jarre, l’épouse de l’ancien président Jacques Chirac, Bernadette Chirac, en robe de mousseline marine avec chapeau à plumes assorti. Le chef de l’Etat français Nicolas Sarkozy faisait aussi partie des personnes conviées, comme les présidents libanais, allemand, irlandais ou islandais, et une série de têtes couronnées comme le prince Edward, fils cadet d’Elizabeth II. A l’issue de la cérémonie, les nouveaux mariés ont grimpé dans une voiture hybride décapotable, pour aller à la rencontre d’une foule par endroits clairsemée et surtout honorer la tradition monégasque du dépôt du bouquet de la mariée dans la chapelle Sainte-Dévote (patronne de la principauté). Cinquante-cinq ans après la princesse Grace, mère du prince Albert. Charlene de Monaco a fondu en larmes, extrêmement émue, en écoutant dans la chapelle une mère et sa fille de 11 ans entonner un chant à la Vierge. Le mariage religieux juste avant venait d’inclure les prestations de grands solistes internationaux comme Renée Fleming ou Andrea Bocelli, mais jusqu’au «oui» du consentement, la princesse était restée assez tendue et concentrée. Place dans la soirée à un dîner préparé par le chef français multi-étoilé Alain Ducasse pour 500 convives privilégiés. Après la pièce montée et le feu d’artifice, 200 amis du couple devaient rejoindre l’opéra métamorphosé en piste de danse pour fêter l’événement jusqu’à l’aube.

  Catherine Marciano
   et Catherine Hours (AFP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *