Clôture en apothéose du 29ème moussem d’Asilah

Clôture en apothéose du 29ème moussem d’Asilah

La 29ème édition du moussem d’Asilah s’est achevée dans la soirée du jeudi dernier avec la chanteuse et musicienne Waed Bouhassoune. Cette jeune artiste syrienne, qui participait pour la deuxième fois à cette prestigieuse manifestation culturelle et artistique, a excellé aussi bien par son brio de luthiste que par sa belle voix. C’était une grande soirée où la chanteuse syrienne a été accompagnée par l’orchestre de Hilal de Tétouan. Ce concert a séduit et a mis en valeur la voix de Waed Bouhassoune à travers un important répertoire de la grande Diva de la chanson arabe classique Oum Kalthoum. Elle a présenté en compagnie de ce groupe de musiciens tétouanais un chant à la fois puissant et émouvant, elle a réussi à enflammer un public venu nombreux admirer la belle voix de cette charmante chanteuse.
Cette soirée de clôture a été précédée dans la journée par la traditionnelle cérémonie de remise des prix aux habitants de la ville, qui se sont distingués au cours de cette année dans différents domaines. «Nous nous donnons rendez-vous pour l’année prochaine, au cours du 30ème moussem d’Asilah», a indiqué le président de la Fondation du forum d’Asilah lors de cette cérémonie de clôture, tout en précisant que la prochaine édition comportera plusieurs nouveautés en comparaison avec les précédents moussems.
A cet effet, le prix de la mère modèle a été attribué à Oum Kelthoum Sehraoui et celui de la femme ouvrière a été décerné à Saïdia Ayad. Tandis que le prix de l’artisan est revenu à El Hassan El Ouahabi et celui du sportif de l’année a été attribué à Mohamed Aouaoua. Le prix du meilleur quartier a été décerné ex aequo à Fatima Bekkar et aux deux frères Mohamed et Ahmed Brittel Zahra El Ouakili. De même, le prix du meilleur pêcheur a été attribué à Abdeslam Merkaoui. Et comme chaque année, la Fondation du forum d’Asilah a décerné le prix annuel d’excellence scolaire «Ibrahim Mohamed Al Aouiss», plus particulièrement dans les examens de baccalauréat, à Loubaba Laâsri et Rim El Bouchti.
Par ailleurs, cette 29ème édition a été marquée par les thèmes de trois colloques programmés dans le cadre de la 22ème université d’été Al Moutamid Ibn Abbad. Le premier colloque, qui a été placé sous le thème «L’Afrique et l’Europe : les défis des uns et les obligations des autres», a connu la participation de dizaines des personnalités politiques dont l’ancien secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Kofi Annan, et l’ancien président du Parlement européen, Josep Borrel Fontelles. C’était un dialogue sur le rôle que pourrait jouer l’Europe pour favoriser la renaissance de l’Afrique. Ce colloque s’est déroulé à la veille du sommet Europe- Afrique prévu à Lisbonne en décembre 2007.
Le programme de cette manifestation culturelle a comporté aussi le premier congrès des musiques dans le monde islamique. Son objectif a été de valoriser la vitalité de la diversité des traditions et des pratiques musicales dans le monde islamique et contribuer à favoriser une plus grande circulation des savoirs et des pratiques dans un esprit de tolérance et de reconnaissance mutuelle.
Les participants au troisième et dernier colloque sur « L’élite intellectuelle et la pensée salafiste dans le monde arabe » ont débattu des différentes problématiques liées au sujet du salafisme «qui suscite, de nos jours, beaucoup d’interactions profondes, contre un certain fléchissement qui s’est emparé des autres orientations intellectuelles, qui tenaient, jusqu’à récemment, l’initiative du changement et de l’interaction moderne», explique le commissaire de ce colloque, Moubarak Rabie.
La programmation de cette 29ème édition s’est distinguée également par la réalisation des fresques murales et l’organisation des expositions des artistes peintres marocains et étrangers ainsi que des ateliers de peinture et gravure et ateliers pour enfants. Et comme à l’accoutumée, le festival a offert de grandes soirées, qui ont été animées par des chanteurs et musiciens marocains et étrangers. Il s’agit entre autres du groupe féminin de la Hadra de la ville de Chefchaouen ainsi que du groupe de musique andalouse sous la direction du maître Ahmed Zitouni, l’ensemble Ibn Arabi de chants soufis arabo- andalous et du musicien hindou Amjad Ali Khan, qui est l’un des maîtres illustres de la musique Sorad du 20ème siècle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *