Corse : une mère de famille corse suspectée d’infanticide

Début avril, cette mère de famille avait été hospitalisée à la suite de complications vraisemblablement consécutives à un accouchement. Pourtant, aucune trace du bébé. Le personnel médical avait alors alerté les gendarmes en raison de la spécificité de la pathologie de la patiente. Auditionnée par les enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie d’Ajaccio, la femme restait très évasive et confuse sur le déroulement des faits, selon le procureur de la République, Thomas Pison. Des perquisitions ont alors été effectuées à son domicile, sans résultat dans un premier temps. Sur les indications d’un tiers, le corps du fœtus a été retrouvé il y a une dizaine de jours, dissimulé dans un sac de plâtre situé dans l’appartement familial, soit plus de deux mois après les faits. «Nous avons appris par une personne que le cadavre que nous recherchions était au domicile de la famille», a déclaré le procureur. Déni de grossesse : Cette mère de trois enfants en bas âge serait «une femme dépressive qui est complètement dans le déni de grossesse», a-t-il ajouté. La jeune femme, âgée de 35 ans, bénéficie d’un suivi psychologique mais n’a pas encore été soumise à une expertise psychiatrique, précise le procureur. Selon les premiers éléments de l’enquête, son mari, âgé d’une quarantaine d’années, n’était pas au courant de cette grossesse.Les enquêteurs tentent de définir si elle a elle-même volontairement mis un terme à sa grossesse en déclenchant son accouchement. L’autopsie du foetus n’ayant pas permis de définir avec exactitude la cause du décès, des analyses complémentaires ont été diligentées. La femme a été mise en examen pour «homicide volontaire et recel de cadavre» par un juge d’instruction du tribunal de grande instance d’Ajaccio et incarcérée à la prison de Borgo (Haute-Corse). Mais, selon Corse Matin, le chef de mise en examen pourrait tout aussi bien, au fil de l’enquête, évoluer en « interruption illégale de grossesse». En attendant, la jeune femme a été placée sous contrôle judiciaire avec obligation de soins.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *