Courage, écrivons !

Les anonymes comme moi prennent leur pied sur le Net. Rien ne nous est interdit. On peut mentir, tricher, ne pas avoir honte d’injurier nos semblables, être racistes, sans honte, aucune puisque personne ne nous voit derrière notre arme de destruction massive. N’exagérons rien non plus. Nous n’avons pas que des tares. Nous soutenons des causes. Et la première de nos causes est la liberté d’expression. Totale. Rien ne doit être interdit, parce que dans notre monde à nous, l’interdit est synonyme de suicide. Et puis, oui, avouons que le Net nous permet à nous petits , moyens et grandissimes anonymes de mettre la pression sur ceux qui nous gouvernent, vous savez ces Very Important People. Ok, il arrive que nous en fassions partie, mais nous sommes bien d’accord, personne n’a le monopole de l’anonymat! Un journal est poursuivi et hop nous sommes là. Plus génial encore. Les autres- ces gentils «occidentaux» – nos complices que nous aimons dans les moments difficiles et attaquons avec une jouissance à peine contenue quand nous n’avons plus besoin d’eux, parce que c’est comme ça et puis c’est tout, sont toujours à nos côtés. La censure au Maroc ! Oh, la, la, la. On vous l’avait bien dit nous que rien, absolument rien n’avait changé au Maroc. Il fallait nous écouter. Parce que nous sommes la voix du peuple et ses élus naturels. D’accord il ne nous demande rien. Mais que nous avons décidé de défendre malgré lui. Nous sommes la nouvelle élite. Celle que Lenine disait indispensable quand Bolcheviks et Mencheviks allaient se disputer la Grande Russie.
Le sujet du jour sera l’opposition entre deux éditorialistes du monde réel.
Divisés, nous le sommes, mais concernés aussi.
Nous sommes violents. Nous nous étripons. Nous ne nous fixons aucune limite. Nous racontons leurs petits secrets de famille. Nous insultons celui qui dit: le «cannabis» est légalisable, que «le ramadan» aïe, ultime blasphème, ne devrait pas être obligatoire, que les affaires «intimes» entre humains, c’est pas «tabou». Et nous cassons l’autre en faisant de la psychanalyse : complexe d’Oedipe, arriviste (vous imaginez il a une chau-ffeur!!), inquisiteur , anti-francophone, antijuif. Tout y passe.
Une fois le massacre humain terminé, on tape sur les juifs, la langue arabe et la française. Le lien ? Mais on s’en moque nous. Le Net c’est pas des maths. Ah, et puis le coup mortel : l’un des deux célébres éditorialistes aurait commis «l’irréparable» : une demande, une «supplication», mais ça va pas la tête (!!) à Sa Majesté en vue, la «hchouma», d’effacer une dette. Grillé. Car, retenez bien ceci : même dans la division, nous sommes unis contre ceux qui ont le culot de vouloir intégrer notre monde. Le meilleur des mondes. Celui que nous avons conquis.

Anonyme

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *