Courage, écrivons ! : Monde parallèle

On y rit. On y tchatte. On s’y oppose. S’y flique. S’y solidarise. S’y mélange les pinceaux. Y cite Heidegger, Marx, Ibn Khaldoun, Sartre, Weber, Chomsky …sans souvent les avoir jamais lus. Sauf peut-être en diagonale. Histoire de pouvoir les citer pour épater la galerie. D’être par exemple repris par des journaux en bon vieux papier, les chaînes d’info en continu qui consacrent toutes des émissions à ce world wide web très wide et wild, ou encore des sites internationaux à l’affût de toute censure dans les pays de ce tiers-monde si exotique.
On y écrit très souvent sous pseudo, parce que sait-on jamais ?! La censure. La prison.
Parce qu’il faut savoir que sur le réseau des réseaux nous, Marocains, sommes très bavards. Et comme dans la vraie vie, celle où l’on n’est plus un anonyme, certaines choses se chuchotent. Cependant, contrairement à la vie vraie, ces choses-là, tous ces «interdits» sont «écrits», enfin c’est une façon de parler … sur des espaces personnels. Des sites. Des blogs. Et depuis quelques temps, on tchatte et tcheat sur Twitter.
Un phénomène ce Twitter qui a failli faire vaciller la
République des mollahs. Des gens partageant les mêmes sensibilités s’y rejoignent. Y papotent de tout et de rien. Tentent de faire et défaire le monde. Amazing diraient nos amis anglo-saxons à quel point tout va vite dans ce monde parallèle.
Incroyable à quel point le besoin de partager est devenu une nécessité absolue pour les marocains. Qu’ils vivent au Maroc ou dans le reste du monde.
On a beau dire. On a beau faire, le Marocain est habité par le Maroc qu’il vive à Ottawa, Stockholm, Paris, Dubaï, Sefrou, Zghanghan , Figuig, Dakhla …ou bien entendu Casa ou Rabat.
Personne n’a d’âge sur le Net. Très souvent, on y parle en tant que jeunes, mais les trentenaires, qui n’on plus dix-huit ans et seraient recalés dans les jeunesses des partis politiques où l’âge maximum a été fixé à trente ans, sont très nombreux. Avec leurs aînés quadras, ils sont les plus dynamiques en tous cas.
Ce monde parallèle et virtuel, c’est comme dans la vraie vie, sauf que dans cet univers- là chaque anonyme ressemble aux personnages de «Heroes», la série à succès américaine. Le pouvoir qu’il n’a pas dans la vie réelle, il l’a dans la virtuelle. Qu’il ait une tête bien ou malfaite, il EXISTE

Anonyme

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *