Décès du Roi Fahd : Réactions (Synthèse)

L’Algérie a décrété trois jours de deuil national, à partir de lundi, en signe de "reconnaissance et de respect à l’égard du grand monarque que fut le Roi Fahd".
Dans un communiqué rendu public à Alger, la présidence algérienne a indiqué que le peuple algérien ne peut oublier le soutien constant et l’affection dont il a bénéficié de la part du défunt.
Le président Bouteflika, rappelle-t-on, avait annoncé dans la journée, sa participation aux funérailles, qui vont se dérouler mardi.
Dans un message de condoléances au Roi Abdallah Ben Abdelaziz, le président Bouteflika a souligné que "le défunt comptait parmi les grands qui ont marqué une époque de l’histoire du Royaume d’Arabie Saoudite, grâce à son règne éclairé et clairvoyant pour hisser son pays au rang des pays modernes, une réalisation qu’il estimait seul service des enfants de sa nation tout entière".
Le message souligne également le rôle joué par le souverain défunt, en faveur des causes arabes, notamment la question palestinienne, qui figurait parmi ses préoccupations majeures.Le Souverain défunt, ajoute le communiqué, avait frappé à toutes les portes et saisi toutes les occasions pour défendre le droit des arabes bafoué et sensibiliser le monde à la justesse de cette cause.
"L’Algérie a compté, elle aussi, parmi les préoccupations du Roi défunt, qui a de tout temps, été soucieux de raffermir les liens avec les enfants de ce  pays", ajoute le communiqué. La télévision publique et les chaînes de la radio ont interrompu leurs programmes, lundi, au titre du deuil national de trois jours.

En Mauritanie, les autorités ont décrété trois jours de deuil national. Un communiqué de la présidence mauritanienne annonce qu’ "il a été décidé de décréter trois jours de deuil national après le décès du Serviteur des lieux saints, le Roi Fahd Ibn Abdelaziz, que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde et l’accueille en son vaste paradis". Par ailleurs, le président mauritanien M. Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, se rendra lundi soir à Ryad pour assister aux obsèques du défunt souverain, prévues mardi, apprend-t-on de sources officielles à Nouakchott.

En Turquie, le président de république Sezer a déclaré dans un communiqué que la Turquie a perdu un véritable ami avec le décès du Roi Fahd qui, avec sa grande expérience et son leadership avisé, a grandement contribué au développement et au bien-être de l’Arabie Saoudite.

Le président turc a exprimé son intention de poursuivre le développement des liens "déjà profondément enracinés" avec le Royaume d’Arabie Saoudite.

En Europe, le Premier Ministre belge, M. Guy Verhofstadt a adressé ses condoléances "les plus sincères" à la famille royale et au peuple saoudiens. Dans un communiqué, le chef de gouvernement fédéral belge a également salué la mémoire du défunt qui, a-t-il rappelé, "jouissait d’une autorité reconnue dans le monde arabe et a joué un rôle actif dans la stabilisation de cette région".

Pour sa part, le Haut représentant de l’Union européenne pour la Politique étrangère et la Sécurité commune, M. Javier Solana a salué lundi la mémoire de feu le Roi Fahd Ibn Abdelaziz qui a dirigé l’Arabie Saoudite "avec courage et perspicacité durant des périodes de turbulence et de provocation". "La chaleur et l’amitié que le défunt avait fait montre envers l’Union européenne ont été considérablement appréciées et seront rappelées", a souligné M. Solana, dans un message de condoléances adressé au Roi Abdallah Ibn Abdelaziz d’Arabie Saoudite, après le décès du serviteur des deux Lieux Saints de l’Islam.

M. Solana s’est également dit confiant que "les excellentes relations entre l’Union européenne et le Royaume d’Arabie Saoudite vont se poursuivre et se raffermir davantage".

Les organisations gouvernementales aussi

Dans un communiqué publié lundi à Jeddah, le secrétaire général de l’OCI a souligné que le regretté Souverain comptait parmi "les leaders les plus courageux, et était un fin politique", ajoutant qu’"il figurait parmi les hommes politiques les plus émérites dans le monde, qui n’a ménagé aucun effort pour la défense de l’action islamique commune, allant de l’avant et soutenant l’OCI dans ses efforts pour le soutien des intérêts des Musulmans". Le décès du Roi Fahd est une grande perte pour l’Arabie Saoudite, la Oumma islamique ainsi que pour le monde entier, eu égard à ses positions claires, sages, et éclairées vis-à-vis des questions de la Oumma, qui reposent sur les principes d’équité, de justice dans le traitement des questions régionales et internationales de l’heure.

Pour sa part, le conseil des ministres arabes de l’Intérieur a rendu hommage, lundi, au Roi Fahd Ibn Abdelaziz. Le décès du regretté Souverain, serviteur des Deux Lieux Saints de l’Islam, le Roi Fahd Ibn Abdelaziz est "une perte cruelle". Par sa disparition, le peuple a perdu un de ses fils dévoués qui a consacré sa vie à le servir, à défendre ses acquis et à assurer sa sécurité et sa prospérité", indique un communiqué du secrétariat général du Conseil dont copie est parvenue à la MAP.
"La Oumma arabe a également perdu un de ses grands hommes qui ont toujours oeuvré à unifier ses rangs, à défendre ses justes causes et à garantir la sécurité et la stabilité à l’ensemble de ses peuples", ajoute le communiqué.
Pour sa part, la Oumma islamique a perdu un homme qui était, sa vie durant, "au service de la religion en veillant à la propagation du message du Saint Coran dans le monde entier, un homme dont le grand souci était d’assurer quiétude et bien-être aux pèlerins et aux visiteurs des Lieux Saints", selon la même source. Le Conseil estime que l’accession au trône du serviteur des Deux Lieux Saints de l’Islam, le Roi Abdallah Ibn Abdelaziz, est un grand réconfort, espérant que le nouveau Roi suive la voie tracée par ses dignes prédécesseurs.

Avec MAP et AFP

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *