«Durant le Ramadan, je deviens capricieuse»

«Durant le Ramadan, je deviens capricieuse»

ALM : Que représente pour vous le mois de Ramadan ?
Nezha Regragui : Ramadan n’est pas seulement un mois du jeûne, c’est aussi une période de prière et de recueillement. C’est un mois sacré que nous avons appris à aimer depuis notre tendre enfance grâce à son ambiance festive et à sa convivialité. Il nous permet aussi de nous rapprocher de Dieu. J’aurais néanmoins aimé que l’ambiance de spiritualité et de piété du Ramadan s’étende aux autres mois de l’année.

Regardez-vous la télévision pendant le mois de Ramadan ? Qu’avez-vous préparé pour votre public ?
Je regarde de temps en temps la télévision. En tant qu’artiste, j’estime que le téléspectateur demeure toujours le seul juge de nos prestations. Mais comme chaque année, la programmation du mois de Ramadan ne plaît pas en totalité et fait l’objet de critiques aussi bien de la part de la presse que du public. Malheureusement, les acteurs acceptent, de bonne foi, de jouer dans cette programmation parce que les productions télévisuelles y sont beaucoup plus suivies par les téléspectateurs. Mais le manque de bons scénarios influe sur le niveau des prestations des artistes.
Personnellement, j’aime mon public et j’ai voulu pendant ce mois sacré renouer avec lui à travers le sitcom «Khali Amara». J’espère qu’il ne sera pas déçu à cause des erreurs que j’y ai commises sans m’en rendre compte. La télévision vient de passer la pièce théâtrale «Al Maraa Lati» et le téléfilm «Rhimou» auxquels j’ai participé. Je tiens à exprimer à travers votre publication mes remerciements à mon public que et je ne cherche qu’à lui plaire…

Comment passez-vous votre journée ? Pratiquez vous un sport ? 
Je passe bien mes journées de jeûne. Je demeure aussi dynamique qu’en temps normal. Le matin, je me réveille un peu tard, vers 10 heures 30 mn, parce que j’ai l’habitude de veiller. Je suis pratiquement au repos pendant les mois de Ramadan et j’en profite pour régler quelques affaires administratives. Je m’occupe un peu de la maison parce que je dois tout superviser moi-même, même si j’ai une bonne qui m’aide dans les tâches ménagères.
Je pratique quotidiennement du sport pour garder la ligne. Pendant le mois de Ramadan, je fais de l’aérobic et je pratique le footing entre 14 heures 30 et 15 heures 30 mn.

Aimez-vous les friandises du mois de Ramadan ?
Pendant le mois de Ramadan, je deviens capricieuse et j’achète tout ce que je vois étalé au  marché. Comme tous les jeûneurs, je ne mange que du regard comme dit l’adage, parce que pendant la rupture du jeûne, je ne mange que très peu.  Mon mari, Bachir Abdou, mes enfants et moi adorons la Harira. Je dois prendre beaucoup de temps pour la préparer et faire plaisir à ma famille. Je suis du genre à respecter les rites et les traditions de ce mois béni. C’est pourquoi, je fais en sorte que le repas du F’tour comporte toutes les recettes préparées pour ce mois: les crêpes traditionnelles, les sucreries…Nous mangeons beaucoup de poisson pendant le mois de Ramadan et je prépare quelquefois la Tanjia parce que mon mari est Marrakchi. J’ai l’habitude de préparer des plats grillés ou cuits à la vapeur pour éviter les problèmes digestifs.

Gardez-vous un souvenir précis de ce mois ?
Je garde beaucoup de souvenirs, mais le plus rigolo date seulement de l’année dernière. Je devais recevoir des invités à l’heure du F’tour. Je suis sortie avec ma sœur, qui venait d’arriver de l’étranger, faire des courses au marché central de Rabat. Nous avons acheté tout ce qu’il me fallait. En sortant du marché, un jeune porteur, que je connaissais beaucoup et qui est sourd-muet, s’est précipité vers moi comme à son habitude et a pris mes paniers pleins de provisions. Je croyais que le jeune homme nous avait devancées vers la voiture. Mais à notre grande surprise, nous ne l’avons pas trouvé au parking.
Je me suis mises à demander de l’aide aux passants qui se sont portés à mon secours et qui se sont mis à la recherche du porteur en question. Je croyais que quelqu’un l’avait agressé et lui avait volé les paniers. Et comme il y a un poste de police tout près du parking, des policiers sont venus tout de suite nous proposer leur aide.
Peu de temps après, j’ai revu le jeune homme. Je suis parvenue à savoir qu’il est allé apporter les provisions à mon ancienne adresse à Allal Ben Abdellah alors que je venais d’emménager à Hay El Fath. Cet incident m’a permis de savoir combien les gens apprécient les artistes marocains !.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *