En juillet, Fès danse l’Ahidous

A Fès, c’est une fête 100% amazighe qui vous attend. Prenez bien note : du 13 au 15 juillet, le troisième Festival de la culture amazighe prend place dans la cité spirituelle, à l’initiative de l’Association Fès-Saiss, en partenariat avec la Fondation de Fès et l’Institut royal de la culture amazighe. Une pause consacrée au divertissement mais aussi au débat, puisqu’il sera question d’évaluer «l’impact positif que la culture populaire en général et amazighe en particulier peut avoir sur le développement durable». Les organisateurs veulent ainsi profiter de l’occasion pour «rendre visible» le rôle que joue la culture populaire sur le plan économique, social et culturel. Le festival tend, aussi, à chercher les moyens d’améliorer l’ensemble des composantes de cette culture.
Mettons-nous, donc, autour de la table des réflexions. «La culture populaire et les défis de la mondialisation : une perspective maghrébine» sera le thème du colloque, un des deux volets du festival. Au palais des congrès, chercheurs et militants associatifs prendront le temps d’explorer les horizons de la culture amazighe à travers ses espaces civiques, sa créativité artistique, sa diversité et son patrimoine. Des sujets variés se prêteront au débat comme «Les femmes et la culture populaire», «Les traditions orales et les langues», ou encore «La chanson populaire entre modernité et tradition».
Au second volet, de la détente aux sons de la musique puisée directement des sources de l’Atlas. Trois somptueuses soirées artistiques auront lieu, chaque soir durant le festival, à la grande salle de Fès-Médina dès 21h. Ce sera l’occasion propice de tirer un grand chapeau aux stars de la chanson amazighe. Le festival veut rendre hommage aux artistes Lahcen Ouaarab, Mimoun Ourehou, Malika Domrane (Algérie), Najib Amazigh et Ader Oulahlou (Algérie), ainsi qu’au groupe Archane. Un hommage sera, également, rendu à Mahjoubi Aherdane en reconnaissance à ses efforts de faire connaître et d’enrichir la culture amazighe.
Du rythme et de la danse au rendez-vous à Bab Boujloud. C’est sur ce site du patrimoine fassi que les vibrations du «bendir» et des youyou feront danser la médina de Fès. L’Ahidous d’Ihinajn, de Lahcen Ouaarab, du groupe Izm Ayt Ayache et du groupe Tittawine vous offriront un voyage gratuit vers les montagnes de l’Atlas. D’autres groupes de musique comme Tamazgha, Touktouka Jabalia, ou encore Aabidat Rma augmenteront la température du festival au plus grand plaisir de tous. Et puisqu’il s’agit d’une fête populaire, que penseriez-vous d’une fantasia ? L’Association Fès-Saiss est tout à fait d’accord avec vous et c’est pourquoi, elle a choisi de marquer la clôture avec le Club des trois sources qui vous emportera avec ses cavaliers vers la route d’Imouzzer. Dépaysement assuré !
En parallèle à toutes ces activités, le festival ouvre des espaces de découverte de l’art et de la créativité amazighs. Au palais des congrès et à l’hôtel Parc Palace (à côté de Marjane), vous aurez le droit à des expositions.
Aux créations littéraires s’ajoutent celles de la céramique et des bijoux venus tout droit du musée Belghazi et des tapis aux couleurs locales. Un festival pareil vaut vraiment le détour !

Ressources
Pour plus amples informations, contacter :Pr. Moha Ennaji
[email protected]

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *