Essaouira au centre des trois cultures

Un forum culturel maroco-espagnol aux dimensions méditerranéennes et latino-américaines. C’était l’ambition que s’est fixé le festival des Andalousies atlantiques d’Essaouira au moment de son lancement, il y a cinq années. Aujourd’hui, pour sa cinquième édition qui se tient à la mi-septembre, le festival est en phase de gagner le défi. La manifestation organisée conjointement par la Fondation Alizés et l’Association Essaouira-Mogador d’une part et le gouvernement autonome d’Andalousie à travers ses Fondations les Trois Cultures de la Méditerranée et l’Héritage Andalou, est devenu un lieu incontournable pour les féru de ce patrimoine commun des deux rives du détroit de Gibraltar.
Le festival est un autre témoignage de la force des liens historiques qui unissent les deux pays voisins, il s’inscrit, en outre, dans la modernité qui a toujours marqué la civilisation marocaine.
La manifestation est aussi, comme le soutiennent ses initiateurs, une mise en valeur du «dialogue des civilisations et de la capacité de chacun d’entre nous à écouter l’autre et à s’enrichir grâce aux expériences d’autrui». Et tout au long des ces dernières années, les festivals ceux qu’abrite annuellement la Cité des Alizés entre autres, ont été des lieux et des événements où se reflète au mieux cette ouverture sur l’autre et cette modernité dans laquelle le Maroc s’est inscrit d’une manière irréversible.
Aujourd’hui, notre pays est en phase d’accomplir un processus de plusieurs siècles qui a fait de lui une terre d’accueil des différentes civilisations. Et ce festival, qui a permis à la ville de Mogador de retrouver ses gloires y contribue pleinement. Mais au- delà d’Essaouira, la manifestation contribue aussi à la mise en exergue de l’image du Maroc en entier. Un Maroc d’ouverture et de modernité.
Le festival est, de même, un regard vers notre passé commun. Un passé où le Maghreb et l’Andalousie n’étaient qu’un. C’est une «occasion propice pour rappeler ce passé commun des relations historiques et refléter l’avenir que nous voulons construire» comme le soutient la partie espagnole partenaire dans l’organisation du festival des Andalousies atlantiques. La manifestation est, en outre, une occasion pour contribuer à effacer cette image négative des rapports entre le monde musulman et l’Occident. Une attitude qui favorise l’extrémisme des deux parties. Le festival prône et véhicule un message de dialogue entre les peuples et les civilisations et perpétue les valeurs et principes communs de l’humanité.
Par ailleurs, ce festival, qui reflète l’intérêt accordé par la ville au patrimoine humanitaire, est un pont entre le traditionnel et le moderne dans le cadre de la diversité culturelle.
Des concerts musicaux, des ateliers artistiques, des colloques, des tables rondes, des débats, des expositions, des courses de chevaux sur la plage et des conférences sur la culture et le patrimoine communs, un programme riche qui promet des moments inoubliables pour les visiteurs de la ville en cette période d’entre deux saisons. Aux confluents des trois continents, l’Afrique, l’Europe et l’Amérique Latine, la Cité des Alizés célèbrera la musique, la création commune, les valeurs humaines et le dialogue entre civilisations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *