Essaouira, cité des Alizés

Essaouira, cité des Alizés

ALM : Le festival «Printemps des Alizés» aura lieu en mai prochain. Quelle est la particularité de cette 4ème édition ?
Mohammed Ennaji : Le «Printemps des Alizés» est désormais un rendez-vous musical consacré. Les mélomanes marocains et mêmes étrangers s’y rendent chaque année pour jouir de concerts de grande qualité. Les pièces interprétées sont magnifiques. De Mozart à Beethoven, à Brahms et Schubert et Bach, sans oublier d’autres dont Kodaly avec le célèbre duo pour violon et violoncelle. Durant quatre jours, Dar Souiri, lieu des concerts va vibrer au son de grands musiciens. La magie est au rendez-vous comme à l’accoutumée.
Quels seront les moments forts de cette édition ?
Je ne ferai pas dans l’artifice pour vous en parler. Je ne me perdrai pas dans des considérations extramusicales pour convaincre. Ce festival est une fête de la musique. C’est un moment de rencontre des amoureux de la musique qui viennent ici pour écouter leurs idoles. N’est-ce pas suffisant de parler des choses ainsi ? n’est ce pas mieux que d’y mêler des choses et d’autres ? Oui, le «Printemps des Alizés» est aussi un moment pour penser à l’autre, pour le joindre. Cette année particulièrement, nous accueillons un ensemble vocable de la Fondation des Trois Cultures qui s’appelle justement «Choeur des Trois Cultures».
Ce choeur regroupe des jeunes du pourtour méditerranéen qui chantent ensemble des chants appartenant à différentes cultures et religions et qui à l’occasion vivront ensemble pendant une quinzaine de jours, partageant le pain et le sel, échangeant leurs expériences et parlant de leurs vécus respectifs. Ces jeunes seront nos invités à Essaouira pour rappeler encore combien cette ville est un symbole de paix et de respect de l’autre. Mais ils seront là aussi pour nous chanter des oeuvres d’une très grande qualité dont la «Petite messe» solennelle de Rossini. Ils se produiront dans la rue pour rapprocher les gens, pour toucher le plus de monde, pour interpeller les réticents. Mais je reviens à l’essentiel, ce festival est conçu pour faire accéder à ce qu’il y a de plus beau dans la musique.
Comment expliquez-vous le succès d’un festival de la musique de chambre destinée pourtant à un public initié ?
Organiser un festival de musique de chambre n’est pas une innovation. Des festivals comme celui en France et ailleurs en Europe sont légion. Il est vrai que le printemps est unique au Maroc. C’est pour ça peut-être qu’il connaît un grand succès. Les mélomanes s’y rendent parce qu’ils ont rarement l’occasion, le long de l’année, d’écouter une telle musique. Or il y a plus de dix concerts.
Rendez-vous compte que les 7 et 8 mai, la musique commencera à 11 heures du matin et ne se terminera qu’à 11heures du soir. Et puis, le festival est ouvert à tout le monde. Il va même dans la rue pour attirer le public réticent ou timide. Encore, cette musique est belle, elle n’est pas que pour les initiés. Ce préjugé a la peau dure, mais reste un préjugé. Ecoutez le quintette de Brahms pour cordes et clarinette ou le trio pour piano, violon et violoncelle dit l’Archiduc de Beethoven, pour comprendre que cette musique ferait vibrer n’importe quel berger des Chiadma.
Le choix d’Essaouira en est-il pour quelques-chose ?
En fait, je n’avais pas fini de répondre à la question précédente. Et je voulais parler justement d’Essaouira. Car la magie de ce festival tient aussi à la ville. Essaouira embellit ce qu’elle contient, elle en fait quelque chose de précieux. Il y a une alchimie dans cette ville qui transforme le métal vil en or pur.
Y aura-t-il d’autres activités organisées parallèlement au festival?
C’est une fête de la musique. Le programme, je vous l’ai dit, est chargé. Il n’y a guère de moment libre pour autre chose. Il y a cependant cette année une rencontre autour de l’arganier organisée par une Fondation créée à cet effet. La rencontre en question aura lieu le 9 mai.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *