Essaouira consacre les jeunes gnaouis

Essaouira consacre les jeunes gnaouis

Ils sont jeunes et déjà maallems gnaouis. Essaouira a créé un festival qui leur est entièrement dédié. Le festival des jeunes  talents gnaouis est ainsi né. Il en est cette année à sa quatrième édition. Et comme celles qui ont précédé l’édition de cette année augure déjà d’un franc succès. La manifestation qui se tiendra entre le 18 et le 21 août dans la cité des Alizés se veut une occasion pour faire découvrir aux mélomanes locaux, nationaux et étrangers le génie créatif de ces jeunes mallems. La quatrième édition du festival des jeunes est également un moment de divertissement, de détente et de fête. Le festival est aussi un rendez-vous avec des jeunes musiciens de la nouvelle tendance «world music» venus de toutes les parties du Maroc.
Pour les organisateurs, le quatrième festival des jeunes talents gnaouis «se veut plus que jamais l’expression de la vitalité de la confrérie des Gnaoua, représentée par sa nouvelle génération, ainsi que l’un des tremplins de la mouvance world-music marocaine, aujourd’hui en pleine expansion, fusionnant de manière originale des traditions musicales maghrébines à la pop internationale, au reggae, au funk, au jazz,…».
Au programme, une vingtaine de concerts, en plein air à la place Moulay Hassan ou en salle à Dar Souiri.
Des concerts qui seront donnés par neuf groupes de jeunes gnaouis. Mais, le festival n’est pas seulement une production des artistes débordant de créativité devant un public assoiffé de nouvelles tendances de la musique du monde. C’est également une compétition. Un concours au titre duquel seront consacrés les meilleurs.
Neuf groupes de jeunes gnaouis qui vont, ainsi, concourir pour  l’obtention de quatre prix (voix, guembri, prestation scénique et tabal). Le festival consacre également une demi-douzaine d’autres groupes de la world-music qui ont su fusionner les rythmes gnaouis ou ceux issus d’autres cultures locales marocaines à des rythmes d’ailleurs. Des groupes qui créent de nos jours un genre musical nouveau et très prometteur.
Comme un festival dédié à l’art gnaoui et de surcroît qui a lieu à Essaouira, fut-il exclusivement réservé aux jeunes talents, ne se passe jamais de grands maallems, ceux-ci en seront les invités d’honneur.
C’est ainsi que figure au programme de cette édition, quatre concerts exceptionnels avec la participation de maallems réputés d’Essaouira. Des concerts pour rendre hommage à la  femme gnaouie, plus particulièrement aux M’qadma Aïcha Kabrane, mère de  l’incontournable maallem Mahmoud Guinea et Khadija Benyahya qui a quitté ce monde, il y a une vingtaine d’années.
Outre le divertissement, la distraction mais aussi la compétition, le festival en cette quatrième édition est également une occasion pour l’apprentissage et le perfectionnement de l’art gnaoui. Les organisateurs proposent, à ce titre, aux jeunes semi-professionnels ou amateurs désireux de se perfectionner des ateliers de formation dans les  domaines de la chorégraphie et de la percussion. Des groupes naissant ou confirmés, formés de jeunes qui viennent d’Essaouira ou de différentes autres villes du Maroc perpétuent la tradition.
Une génération de jeunes talents a émergé depuis la création du Festival des Gnaoua et des musiques du monde à Essaouira. Le grand événement qui a permis à la musique gnaouie de prendre un second souffle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *