Fatima Kheir : «Ramadan me rappelle mon enfance»

Fatima Kheir : «Ramadan me rappelle mon enfance»

ALM : Que représente pour vous le mois de Ramadan ?
Fatima Kheir : C’est un mois de spiritualité, de recueillement et de prière. Les musulmans font le bilan de leur vie, de leurs actions et de leur comportement. C’est l’occasion de recevoir et de rendre visite à la famille et aux amis. Les Marocains portent les habits traditionnels et les femmes et les jeunes filles portent le voile par respect pour ce mois.
Personnellement, j’oublie mon métier d’artiste et je passe le mois de Ramadan comme des gens ordinaires. Je suis toujours dynamique et je ne change pas mes habitudes. J’aime l’ambiance festive et chaleureuse du Ramadan et j’en profite pour me réunir avec ma famille et mes amis.

Regardez-vous la télévision pendant ce mois sacré ?
Je regarde la télévision particulièrement pendant la rupture du jeûne. J’aime suivre la production marocaine et j’estime que de grands efforts ont été fournis pour la réalisation des spectacles programmés pour ce mois. C’est pourquoi il ne faut pas dire que tel ou tel spectacle est nul. Il faut penser toujours à encourager la production nationale. C’est en faisant des erreurs que l’on apprend à ne pas en faire.
J’aime suivre les émissions religieuses et de santé proposées pendant le mois de Ramadan. 

Qu’est ce que vous avez préparé pour votre public ?
Je participe à la série «La brigade», réalisée par Adil Fadili pour le compte de la RTM. Elle est considérée comme la première production policière arabe de cette importance et où une femme fait partie de l’équipe des enquêteurs.
Pour sa part, la deuxième chaîne a programmé  un long-métrage auquel j’ai participé. Il s’agit de «Al Ajniha Mounkassira» (Les ailes brisées) réalisé par Abdel Majid R’chich  et qui a remporté le prix du meilleur film arabe au Festival du cinéma de Damas.

Comment passez-vous votre journée pendant le mois de Ramadan ? Pratiquez-vous un sport ?
Je ne change pas mes habitudes pendant le mois de Ramadan. Je me réveille à 7 heures 30 mn, je prépare le petit-déjeuner pour ma petite fille avant de l’emmener à l’école. Je fais mes courses moi-même. Et comme toutes les femmes marocaines, je m’occupe de ma maison, de mon mari et ma fille. Je passe beaucoup de temps dans la cuisine pendant ce mois de Ramadan. J’ai une bonne qui m’aide, mais je n’ai pas assez de temps pour faire le sport. 

Aimez-vous les friandises du mois de Ramadan ?
J’aime La Harira, mais je ne dois pas en abuser parce qu’elle me cause des problèmes digestifs. Je n’aime pas beaucoup les sucreries. Je préfère les plats salés. Je mange normalement et je n’ai pas de problème de prise de poids pendant ce mois. D’ailleurs, je n’ai jamais suivi un régime. Pour le repas du Shour, je mange léger :un yaourt et un morceau de cake. 

Gardez-vous un souvenir du mois de Ramadan ?
Je ne garde pas de souvenirs précis. Mais Ramadan me rappelle l’ambiance de mon enfance. J’ai été élevée par mes grands-parents. Ma grand-mère entame les préparatifs du mois de Ramadan très tôt. Ses plats et gâteaux préparés pour l’occasion nous faisaient vivre l’ambiance des grandes fêtes.
Elle tenait à respecter tous les rites et les traditions de ce mois sacré. Elle était toujours dans la cuisine à préparer les Ch’hiwates ou elle faisait ses prières. Dans mon sommeil, je l’entendais pétrir la pâte de pain ou de Msemen pour le repas du Shour.
Cette période de ma vie me manque toujours. Je garde la nostalgie des Ramadans et des Aïds que j’ai passés avec mes grands-parents.  

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *