France : l’auteur d’un quadruple meurtre jugé irresponsable

Si l’adolescent a toujours reconnu être l’auteur du quadruple meurtre, il n’a jamais réussi à expliquer pourquoi il avait ainsi tué toute sa famille. Information: de nouvelles expertises viennent de conclure à une irresponsabilité pénale. Dans la nuit du 12 au 13 août 2009, cet adolescent de 16 ans est soupçonné d’avoir abattu ses parents et ses deux frères jumeaux, âgés de 10 ans, dans leur maison à Albitreccia, en Corse-du-Sud. Depuis ce quadruple meurtre, le jeune garçon a été incarcéré. Il a été examiné par plusieurs experts qui ont conclu, pour la majorité, à son irresponsabilité pénale, rapporte Le Parisien. Si les juges suivent les conclusions médicales des experts, l’adolescent pourrait échapper à un renvoi en Cour d’assises des mineurs, précise RTL. À l’époque des faits, l’adolescent s’était muni de gants en latex avant de saisir le fusil à pompe calibre 12 de son père pour abattre, dans leur sommeil, ses parents puis ses deux frères. Après ce quadruple meurtre, vers 4h du matin, Charly a envoyé des SMS à trois camarades. L’ado disait être inquiet d’une «présence» dans la maison familiale. Un ado qui était en proie à de fréquentes «angoisses nocturnes» devait ensuite révéler l’enquête. Puis, dans la matinée, Charly rencontre une copine à qui il avoue avoir commis un quadruple meurtre. Un peu plus tard, il se confie à nouveau à des amis. Personne ne va pour autant donner l’alerte. Dans la soirée, un de ses oncles le découvre dans une rue de Porticcio, dans «un état second», précise encore Le Parisien. Selon ses avocats, Charly «a toujours détaillé précisément son passage à l’acte ainsi que ses 24 heures d’errance qui ont suivi, mais en revanche, il lui est toujours impossible de le motiver». Charly est actuellement incarcéré à la maison d’arrêt de Borgo. Le 24 novembre dernier, quatre des cinq rapports des experts psychiatres désignés par le juge d’instruction d’Ajaccio ont conclu à l’abolition de discernement de l’adolescent au moment des faits. Autre constat intriguant: une tumeur de la taille d’une noix a été décelée au cerveau de l’adolescent. Une affection bénigne, mais qui, selon l’expert neuropsychiatre, pourrait avoir eu une influence.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *