France : nouvelle fraude à la carte bancaire depuis l’Australie

Selon quelques informations, les faits se sont déroulés aux environs du 20 juillet, a priori pendant plusieurs jours. La division financière de la PJ de Lille, alertée par la banque, cherche à déterminer la durée exacte de la fraude et le nombre de victimes. … Qu’est-ce que le «skimming» ? «Généralement, c’est un petit appareillage électronique collé au niveau de la fente du DAB pour récupérer les données de la piste magnétique des cartes bancaires», explique une source proche de l’enquête. Un dispositif habile posé en quelques minutes et restant deux à trois jours avant d’être enlevé. Il est presque indécelable pour le client : «C’est détectable si on connaît bien le distributeur. En le regardant un peu, on peut constater une différence : il faut alerter la banque. Si vous ne connaissez pas le DAB, c’est compliqué. C’est très bien fait…» La plupart du temps, une caméra miniature est installée sur le DAB afin de filmer le code composé. Ensuite : «Avec les données récupérées sur la piste, ils créent des CB». De fausses cartes mais avec de vraies coordonnées. Après, il suffit de retirer des billets. Pas en France : «Les DAB vérifient aussi la sécurité sur la puce, alors que dans beaucoup de pays, c’est uniquement la piste magnétique». Dans l’affaire du Vieux-Lille, les retraits ont ainsi été effectués… en Australie ! Déjà, fin mai et début juin, des skimmers avaient sévi, à plus grande échelle. Des DAB du CIC et du Crédit Mutuel, à Roncq et Wattrelos, avaient été piratés, avec un butin pouvant s’élever à des centaines de milliers d’euros. Les 620 victimes seront indemnisées. Dans ce dossier, non relié à celui du Vieux-Lille, les retraits provenaient du Mexique. Des pays lointains pour une criminalité internationale : «Une partie de ces affaires se déroule chez nous et le reste à l’étranger, avec des auteurs, souvent originaires des pays de l’Est, mobiles. Ce phénomène existe depuis des années mais reste rare dans la région. Pendant six mois, il peut ne rien y avoir. Là, il y a eu pas mal de faits. Des équipes sont passées…». Et peut-être reparties.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *