Grands chantiers : une aubaine pour l’emploi

Grands chantiers : une aubaine pour l’emploi

Agriculture, logement, infrastructures de base, tourisme… des secteurs qui sont actuellement en pleine expansion. Les projets en cours se multiplient provoquant un effet positif sur la création d’emplois.
D’abord le Programme de dynamisation de l’offre en logement. Ce programme de grande envergure lancé par le ministère de l’Habitat vise la création de nouveaux pôles urbains, la viabilisation de zones nouvelles d’urbanisation, la réalisation de lotissements et la construction de logements sociaux, pour la période 2005-2007. Le but de ce projet est de dynamiser l’offre publique et privée en logements et de lutter contre la prolifération de l’habitat insalubre. Outre l’impact social indéniable de ce programme, l’effet en terme de création d’emplois est énorme.
Le rapport de synthèse de la Primature parle en effet de la création de 300.000 emplois par an à l’horizon 2007. Par ailleurs, les deux villes nouvelles, Tamesna à Rabat et Tamensourt à Marrakech, génèreront, à elles seules, à terme, près de 430.000 emplois directs et indirects.
Dans le domaine agricole, un projet est appelé à doper le nombre d’emplois dans ce secteur. Il s’agit du Programme de partenariat public-privé, SODEA/SOGETA, qui contribuera à la mise à niveau des principales filières agricoles (agrumes, vigne, olivier…), à favoriser la création de complexes agro-industriels, et surtout à sauvegarder les emplois existant et à en créer d’autres. Ce vaste programme de partenariat lancé par le gouvernement, sous forme d’appel d’offres international, pour l’exploitation d’une première tranche de 205 projets agricoles répartis dans 11 régions et 24 provinces, génèrera un investissement de 4,7 milliards de DH. Mais, plus important encore que l’investissement qui sera généré par ce projet, c’est le nombre d’emplois directs créés. Il s’élève à 17.000 emplois directs, dont 401 cadres supérieurs, 1.225 cadres de maîtrise et 15.464 ouvriers.
Côté infrastructures de base, les projets lancés sont multiples. D’abord le Programme national des autoroutes, qui prévoit la réalisation d’un réseau autoroutier de 1.500 km à l’horizon 2010. Aujourd’hui, 528,5 km d’autoroutes sont réalisés et 82 km sont en cours de construction. Pour atteindre l’objectif recherché, un contrat-programme a été signé entre l’Etat et la sociétéé des ADM (Autoroutes du Maroc) pour la période 2004-2008, portant sur la construction de 384 km additionnels en doublant le rythme annuel de réalisation de 40 à 100 km à partir de 2006. Pour maintenir la cadence, 6.000 emplois directs sont prévus chaque année d’ici 2008. 
Le programme d’infrastructures ferroviaires a aussi démarré. Il consiste notamment à raccorder le complexe industriel et portuaire Tanger-Med au réseau national, à réaliser de nouvelles liaisons ferroviaires et à dédoubler des voies ferrées. Ces projets devront générer 6.466 emplois directs à l’horizon 2009.
Mais le projet qui est en train d’engendrer le plus grand nombre de créations d’emplois est sans doute celui du Complexe industriel et portuaire Tanger-Med. Ce projet, qui prévoit la mise en place d’un port de transport en eau profonde et la réalisation de plusieurs zones franches logistiques et commerciales orientées vert l’export, coûtera 16 milliards DH. La mise en service du complexe Tanger-Med est prévue pour le premier semestre 2007. 100.000 emplois sont prévus à la mise en exploitation de ce projet.
Les projets touristiques ne sont pas en reste en matière de création d’emplois. Tout d’abord le Plan Azur, dans le cadre de la « Vision 2010 ». Les prévisions d’emplois directs à créer grâce à ce contrat-programme, visant l’accueil de 10 millions de touristes à l’horizon 2010, sont de 80.000 emplois. Toujours dans le cadre des projets touristiques, le projet de la rocade méditerranéenne reliant Tanger à Sâïdia sur 520 km est d’ores et déjà mis en chantier. L’achèvement des travaux est prévu pour 2009. D’ici là, quelque 50.000 emplois seront créés, grâce notamment à l’effet d’entraînement sur les autres secteurs. Les retombées des grands chantiers lancés un peu partout à travers le Maroc se révèlent ainsi, d’après le rapport de la Primature, on ne peut plus clair en termes de créations d’emplois.

 Programme “Emergence” : 240.000 emplois à l’horizon 2013

Le programme Emergence repose sur une stratégie industrielle volontariste, ciblée sur les secteurs moteurs de croissance à l’export (Métiers mondiaux du Maroc-offshoring, câblage électronique, automobile, aéronautique), sur la sous-traitance industrielle et la relance des piliers de l’économie marocaine où le Maroc possède des atouts comparatifs à valoriser : secteurs de l’agroalimentaire, de la transformation des produits de la mer, du textile et de l’artisanat, notamment. Le plan de relance de l’économie a été finalisé par le gouvernement. Sa mise en œuvre est en cours de préparation. Les retombées de la mise en œuvre de cette nouvelle stratégie se traduiraient par la génération de 91 milliards de PIB additionnel. L’horizon d’évaluation des retombées socio-économiques du programme Emergence est prévu pour 2013. La mise en œuvre de la nouvelle stratégie aura un impact sans précédent sur l’emploi, notamment à travers la création de 240.000 emplois directs à l’horizon 2013.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *