Grondin aux carottes

Le poisson est une véritable source de protéines (en moyenne 18 à 20 g pour 100 g). Sa chair contient, fer, phosphore, zinc, cuivre, calcium et vitamines. C’est une véritable usine nutritionnelle. Les vitamines du groupe B sont aussi très présents et sa chair renferme aussi tous les acides animés essentiels. Ils sont idéalement utilisés par notre organisme pour la croissance et le renouvellement de nos cellules. Consommer du poisson au minimum deux fois par jour est essentiel. Le plat proposé aujourd’hui est à base de poisson des mers. Il s’agit plus précisément du grondin. Ce poisson rouge peut être assaisonné de diverses manières. Pour la recette d’aujourd’hui, vous aurez besoin de trois carottes, d’un kilo de grondin, du persil haché, trois gousses d’ail hachées, sel, poivre, huile d’olive, citron. Le citron s’allie parfaitement bien avec toutes sortes de poissons. Il est même primordial. Première étape enlever les écailles du poisson et lavez-le abondamment à l’eau froide. Enlever toutes les arrêtes, laisser uniquement l’arrête principale. Découper les carottes en rondelles et déposez-les dans le plat de cuisson. Sur les carottes disposer le poisson, ajouter l’ail, le persil, poivre, sel et citron pressé. Ajouter un demi-verre d’eau sans huile pour que le poisson ne colle pas à la cuisson. Moins la viande est grasse plus elle apporte de protéines. Ce n’est qu’en fin de cuisson : 10 à 15 minutes que vous pouvez ajouter une goutte d’huile d’olive. Servir chaud.  


 Infos du jour


Malgré l’introduction tardive du citronnier en Europe, son fruit, considéré comme un produit rare et luxueux, était connu des Grecs anciens qui, tout comme les Romains, le recherchaient pour ses propriétés médicinales qu’ils considéraient comme quasiment miraculeuses. L’érudit Athénée (environ 200 ans ap. J.-C.) raconte dans son chef-d’œuvre “Le Banquet des sophistes” ou les Déipnosophistes l’histoire de Chlearchus, despote d’Héraclée. Chlearchus, croyant avoir exécuté tous ses opposants en les faisant piquer par un serpent, fut stupéfait de voir une de ses victimes survivre grâce à un jus de citron qu’un étranger charitable avait donné à ce condamné au moment où celui-ci marchait vers le supplice.
Peu calorique et pauvre en glucides, le citron est une source précieuse de sels minéraux et de vitamine C. C’est lui qui détient le record de concentration en vitamine C, mais il contient également des vitamines B, E, ainsi que du magnésium, du potassium, du calcium, du phosphore, du cuivre, du fer, de l’acide folique et des bioflavondides. Il renferme de puissants antioxydants qui atténuent le processus du vieillissement. Le citron protège la muqueuse de l’estomac, stimule l’action du foie et du pancréas et réduit le taux de cholestérol.
Le jus de citron fortifie l’organisme, il est l’ami des personnes fatiguées, convalescentes ou anémiées. Il facilite la digestion tout en ouvrant l’appétit ; malgré son goût acide, il limite les acidités de l’estomac. Un verre de jus de citron tous les matins à jeun aide à faire baisser le taux d’urée et à lutter contre les rhumatismes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *