Grottes d’Hercule, un monument légendaire

Grottes d’Hercule, un monument légendaire

Grottes d’Hercule, en cette matinée d’été, vers 10 heures du matin, les visiteurs commencent à y affluer. Ils sont fascinés par la grandeur et la beauté naturelle de ces lieux. Quelques uns d’entre eux ont préféré se faire accompagner par un guide pour mieux découvrir ce site, vieux de 5000 ans avant Jésus-Christ. Mais la plupart d’entre eux se disent connaître la célèbre histoire de ces lieux à travers leurs lectures. «Nous avons voulu voir et faire découvrir à nos deux enfants ce site historique et archéologique. Ce monument est beaucoup plus lié à l’histoire légendaire d’Hercule dont nous avons beaucoup entendu pendant notre enface», lance Younès, fonctionnaire et originaire de Rabat, qui est venu en compagnie de sa femme et de ses deux petites filles, visiter pour la première ce site.
Les Grottes d’Hercule se distinguent par un climat humide et maritime. Les visiteurs y se sentent bercés par le bruit des vagues sur les rochers. Ils ne peuvent être insensibles devant la forme exceptionnelle de l’une de ses cavités. Elle comporte une ouverture naturelle sur la mer et qui se servait autrefois de porte. «J’aime contempler la mer à travers cette ouverture qui se présente sous la  forme du continent africain. Elle est parmi les choses dont se distinguent ces grottes et continuent à attirer la curiosité des visiteurs», confie Mamoun, étudiant en deuxième année de master Economie et Finance en France et en   vacances depuis une semaine à Tanger. Gérées par la commune urbaine de Tanger, l’entrée à ce site est payante : 5 DH pour une seule personne. «Mais ce tarif baisse pour encourager les familles nombreuses et les festivaliers marocains à multiplier des visites aux Grottes», assure Ba Mustapha qui a travaillé pendant longtemps comme guide avant de se convertir comme gardien des Grottes, il y a plus d’une vingtaine d’années. 
Situées à 14 km à l’ouest de Tanger, les Grottes d’Hercule se trouvent sur la côte Atlantique à Achakar non loin du célèbre Cap Spartel et à proximité des grottes de Cotta.
Selon les riverains et les employés de ces lieux, ceux-ci attiraient un grand nombre de touristes pendant les années 70 et 80. «Les Grottes enregistraient entre 500 et 600 touristes par jour. La majorité des habitants de douar Mediouna qui y pratiquaient l’extraction de meules ont été encouragés à abandonner le métier de leurs ancêtres pour devenir guides ou vendeurs d’artisanat dans les Grottes. Nous gagnions beaucoup d’argent», souligne Ba Mustapha. Et d’ajouter : «maintenant les touristes étrangers n’utilisent plus nos services de guidage et préfèrent acheter les objets d’artisanat des bazars de la ville».
Les Grottes d’Hercule constituent toujours une source de revenu pour quelques personnes originaires de Mediouna. Comme c’est le cas de Mohamed Hafti qui a hérité son métier de vendeur des produits d’artisanat de son père. «Comme les autres membres de sa famille, mon père travaillait pendant longtemps dans l’extraction de meules. Mais il a su exploiter sa passion pour la sculpture, il passait la plupart de son temps à sculpter des objets qu’il vendait aux touristes.  Mais le nombre de touristes connaîtra au début des années 90 une véritable chute. Nous avons ainsi trouvé du mal à écouler nos articles», regrette M. Hafti.
«Mon père, se souvient M. Hafti, a vécu toutes les transformations qu’ont connues les Grottes. Ils les faisaient visiter aux touristes à la lumière de la lampe à gaz avant l’installation de l’éclairage électrique en 1982», faisant remarquer que l’accès au site était très difficile. « Le Grottes ont connu leurs première réhabilitation suite à la dernière visite de feu SM le Roi Mohammed V aux Grottes et qui a recommandé la construction de l’actuelle porte pour permettre un accès facile au lieu ».
Découvertes lors des fouilles archéologiques menées en 1878, les Grottes d’Hercule sont classées un monument historique en 1950.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *