Hanane Ibrahimi : «Je choisis moi-même mes rôles»

Hanane Ibrahimi : «Je choisis moi-même mes rôles»

ALM : Comment êtes-vous devenue actrice ?
Hanane Ibrahimi : Après avoir décroché mon baccalauréat, j’ai intégré la Faculté des sciences économiques et juridiques à Casablanca.
Pendant mes études, j’avais envie de faire du théâtre alors j’ai commencé à jouer dans des pièces de théâtre au sein de la faculté puis j’ai collaboré avec des professionnels qui m’ont beaucoup encouragée. Concernant mes études universitaires, malheureusement, je n’ai pas pu les terminer.

Parlez-nous un peu de votre participation au Festival de théâtre professionnel à Alger?
On a participé avec la pièce de théâtre qui fait partie d’un poème en darija «Majnoun Hachouma», du metteur en scène «Houssine Djiti».  La pièce est une adaptation d’un recueil de Zahra Ezraq qui a joué dans la pièce.
L’idée est de créer une œuvre qui fait l’éloge de l’authenticité de l’identité marocaine. Une sorte de conte se déroulant dans la campagne marocaine qui préserve encore la richesse de ses traditions et coutumes. C’est en fait l’histoire d’un homme, Moulay El Ghali (Mouhcine Mouhtadi), amoureux de Hachouma qui joue son rôle, la plus belle fille de son douar.  Un homme riche qui, malgré sa fortune héritée de ses parents comme fils unique, n’a pas réussi à conquérir le cœur de Hachouma malgré la complicité de sa servante Friha (Samira Essakel). Cette dernière le refuse à cause de son visage défiguré. Elle le délaisse pour un autre homme beau et irresponsable. Tombée enceinte dans le péché, elle retourne humiliée et pleine de regrets vers l’homme qui l’aime vraiment, et qui l’avait prévenue auparavant des conséquences d’un mauvais choix. Malgré tout ce qui s’est passé, il lui ouvre son cœur sachant pertinemment qu’elle ne l’aime pas réellement.
Peu de temps après, Moulay El Ghali est décédé laissant derrière lui son amour malheureux. Après ce drame, Hachouma perd la raison et se met à errer et conter son histoire. Vraiment, cette pièce a rencontré un grand succès auprès au public algérien.

Avez-vous eu l’occasion de travailler avec d’autres artistes étrangers ?
C’est un plaisir pour moi de travailler avec d’autres acteurs étrangers. J’avais déjà eu l’occasion de jouer dans un film tunisien, mais à cause de raisons personnelles que je ne peux pas dévoiler, je n’ai pas pu participer. J’ai d’autres propositions, mais elles ne sont pas encore concrètes.

Dans le début de votre carrière artistique, est-ce vous qui choisissez vos rôles ?
Au début de ma carrière artistique je n’ai pas choisi mes rôles. Mon objectif est de faire connaître mon nom sur la scène artistique, d’être reconnue par le public marocain. Par contre maintenant, ce n’est pas le cas, je choisis moi-même mes rôles et j’essaye de bien les jouer.

Parlez-nous un peu du film «La Chambre noire de Hassan Benjelloun et comment avez-vous vécu cette expérience ?
Le film raconte l’histoire de Kamal et Najat. Tous les deux travaillaient à l’aéroport. Amoureux l’un de l’autre, ils rêvaient d’un avenir meilleur. Ils avaient des projets pleins la tête et les voyaient déjà concrétisés. Malheureusement, le destin en a voulu autrement. Son passé d’ancien étudiant marxiste-léniniste rattrape Kamal.
Commence alors une longue descente aux enfers: enlèvement, interrogatoires, tortures, Kamal refuse de dénoncé ses camarades en contrepartie de la clémence des juges. Au cours de ce film j’ai vécu vraiment une expérience réussie. Je garde des bons souvenirs du tournage qui s’est passé dans de bonnes conditions.
Vraiment une belle expérience que j’ai partagée avec une équipe professionnelle, en plus j’aime beaucoup ce film car il est plein d’émotion et de fortes sensations.

Quels sont vos artistes préférés ?
Il y en a beaucoup que j’apprécie et que je respecte. La liste est longue, je peux citer à titre d’exemple Rachid El Ouali, Mohamed Khoyi…

Avez-vous des projets en préparation ?
Nous sommes en train de préparer une pièce de théâtre intitulée «L’histoire d’amour : 12 chansons, 3 repas, 1 baiser», le scénario est écrit par Fawzi Bensaid et un autre feuilleton au cours de tournage réalisé par Farida Bourqia.  Parmi les acteurs participant dans ce feuilleton, on trouve Amal Atrach, Amal Ayouch, Sakina Fadili, Noureddine Twami, Samir Ido.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *