Humoriste : «Faire rire les gens, c’est un acte d’amour»

Humoriste : «Faire rire les gens, c’est un acte d’amour»


ALM : Après la France, la Suisse et le Canada, comment vous est venue l’idée de venir faire rire les Marocains?
D’jal  : Je me rends bien compte du pari de venir de France pour faire un spectacle au Maroc pour les Marocains. Tout a commencé quand mon producteur Hicham a vu mon show en France, il a tout de suite insisté pour que je débarque au Maroc. Le défi était donc d’écrire un vrai spectacle, de A à Z spécialement dédié au Maroc. Il fallait que je surprenne les gens, qu’ils en prennent plein la vue. J’ai donc écrit ce spectacle comme une grande fête dont le spectateur fait partie. C’est un spectacle familial. Je m’inspire de tout. Je suis comme une loupe, je regarde tout ce qui se passe. Et je parle de tout, du Maroc, de la France, des couples, de l’amour, de la religion, de ma famille… C’est mon univers à moi et en même temps celui de tous les Marocains. Je force le trait, je m’auto-caricature, je caricature mes parents… Mais je ne me moque jamais, c’est une déclaration d’amour. Faire rire les gens, c’est un acte d’amour. Il faut être généreux.

Comment comptez-vous conquérir le Maroc sachant qu’il n’y a pas beaucoup de salles de spectacle ?
Je viens de jouer au Méga-mall à Rabat. Mon spectacle est aussi programmé les 27, 28, 29 août au centre culturel d’Agdal à Rabat. On a appelé cela «les after-ftours du rire». Mais, on s’est vite aperçu qu’au Maroc, il n’y a pas réellement beaucoup de salles. Mais vu que je fais du stand up, je peux jouer n’importe où. Tu me mets un micro, une estrade et de la lumière et je peux me mettre à jouer pour le public et lui parler. Donc le pari (il y en a toujours un) était de trouver le maximum de salles, de pub, de restaurants où je pouvais me produire, et  cela m’a ouvert plein de portes. C’est une vraie aventure, j’ai joué dans des endroits et des situations insolites. Il faut aller vers les gens, ce n’est pas eux qui vont venir vers toi, c’est le but.

Parlez-nous de votre expérience avec le Djamel Comedy Club?
Jamel Debbouze est le type le plus exceptionnel. Je l’ai rencontré en 2006. J’avais fait sa première partie. En le côtoyant, j’ai compris pourquoi il a autant de succès. C’est quelqu’un de généreux et qui aime le rire. J’ai fait les deux premières saisons avec lui, avant de tenter d’autres expériences et revenir avec lui deux ans plus tard. Et depuis que je suis avec lui, je n’arrête pas de travailler et d’écrire. Là, Je reprends l’écriture du «Djamel Insid », je travaille aussi sur le spectacle que je prévoie pour la rentrée en France, sans parler du spectacle 100% Maroc et mon émission de télévision.

Comptez-vous exporter ce «One man groove, Made in Morocco» ?
En effet, j’exporte maintenant ce spectacle. Les Tunisiens me le demandent. En Algérie, j’y étais récemment, on me le demande, même chose en France. Même avec les références marocaines, il fait rire tout le monde. J’espère que grâce à Jamal Debbouze, au Comedy club, grâce à moi, cela donnera des vocations à d’autres humoristes. Au Maroc, les gens adorent rire. J’ai eu des standings ovation au Québec, à Paris, mais au Maroc j’ai failli pleurer, je me suis dit j’ai réussi mon pari.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *