« Imakhtane », un rite de très grande importance à Nador et dans sa région

A Nador et d’ailleurs dans presque toute la région du Rif cet acte de purification est accompli chez l’enfant, dont l’âge varie entre deux et trois ans, et intervient, dans les campagnes, généralement après la période des moissons, époque où sont célébrées également les fêtes de mariage et de fiançailles.

A la campagne, comme dans les villes, les festivités débutent la veille avec la traditionnelle cérémonie du henné de l’enfant, qui assis au milieu des siens, est généralement vêtu d’une djellaba blanche ou d’un long chemisier, d’un tarbouche (fez) et d’un bernous (cape). Le henné est versé dans un récipient où sont disposés trois ou quatre oeufs durs avant d’être appliqué sur les mains ?et les pieds de l’enfant et ce avec un accompagnement de you you et de chants et rythmes locaux "izri " et "wa youraya lalla bouya". Cette ambiance festive, entrecoupée par un dîner offert aux membres et proches de la famille, se prolonge jusqu’à une heure tardive de la nuit.

Le jour de la circoncision, l’enfant généralement vêtu de son Kmis (chemisier) et dont l’une des chevilles est entourée d’un fil noir, portant la fameuse "Wadaa" (un coquillage blanc) et la "Khmissa" noire. Autrefois, la mère de l’enfant se met un de ses bracelets ou un objet tranchant entre les dents et introduit ses pieds dans un récipient plein d’eau, histoire d’écourter ?la douleur de son enfant.

Cette pratique insolite était d’ailleurs omniprésente dans différentes régions du royaume. Jadis l’opération de circoncision était réalisée par le hajjam (coiffeur) dans une pièce où les proches parents (des hommes) récitent des versets du Coran et à l’extérieur les femmes chantent et battent le bendir (tambour) en faisant le maximum de bruit pour camoufler, d’une part les cris de l’enfant et détourner, d’autre part, l’attention de la mère qui n’a pour souci que de voir son fils franchir cette rude épreuve.

Après l’ablation du prépuce, l’enfant circoncis est ramené à sa mère pour le consoler et collecter par la même occasion, cadeaux et confiseries qu’il s’empresse vite de mettre sous son oreiller. Très choyé l’enfant tentera tant bien que mal d’oublier l’épreuve difficile qu’il vient de traverser.  

Aujourd’hui, l’opération de circoncision est de plus en plus confiée à un infirmier qui a acquis une certaine maîtrise et expérience en la matière et pour certaines familles aisées, elle est pratiquée dans des cabinets médicaux ou des cliniques.

Les milieux moins aisés préfèrent recourir aux opérations caritatives organisées par l’état, le croissant rouge marocain ou des associations de bienfaisance pour procéder à la circoncision de leurs enfants.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *