Joudia : «Je compte reprendre les chansons marrakchies»

Joudia : «Je compte reprendre les chansons marrakchies»

ALM : Parlez-nous  un peu de Joudia dans la vie quotidienne?
Joudia : Je suis une personne sage, avec une bonne culture, très sûre de moi-même, et de mon art. Je garde mes pieds sur terre malgré les succès. J’ai fait mes études en architecture intérieure.
L’amour que je porte pour la musique m’a incitée à changer de cap. C’était un rêve d’enfance que je tenais à réaliser. Grâce à Dieu j’ai pu le faire. Mais ce n’est pas facile.  J’ai d’autres talents à part le chant, je fais également de la peinture. Et je prépare actuellement une exposition de mes tableaux. Je cache encore plusieurs secrets. Mon plat préféré est le poisson. J’aime faire la cuisine aussi, surtout « Tanjia », que j’ai bien apprise grâce à mon père. Et je fais aussi des tartes avec beaucoup de plaisir. Je suis célibataire, fidèle à ma carrière.

Pourquoi cette absence de la scène musicale et quels sont vos projets ?
Je me suis retirée de la scène pour marquer une pause, et pour savoir où j’en suis. Cette absence, ou ce repos, était une occasion pour me poser des questions sur la nature de mes chansons et mes orientations futures. J’ai sorti un nouveau single qui s’intitule «Lyoum» avec Nabil El Khaldi et Hamid Darfi. Ce single est déjà dans le marché et a été produit par D-Fifel. «Lyoum», c’est un titre qui parle de la vie, et parce que la vie est courte, il faut en profiter au maximum. C’est le message essentiel que je voulais transmettre à mon public dans ce single.  Je compte reprendre les chansons marrakchies et revenir à mes origines. Je suis marrakchie et je veux revivre les anciennes chansons.

Est-ce que vous avez des problèmes de financement de vos albums et que comptez-vous faire avec le don royal qui vous a été offert lors du Festival Mawâzine ?
Oui, bien évidemment. Je finance toute seule mes albums. Chose qui n’est pas toujours facile. Mais avec le don royal, le problème sera résolu momentanément. À cette occasion, je tiens à remercier SM le Roi Mohammed VI pour sa générosité et pour l’encouragement  des jeunes talents marocains. Et je veux aussi remercier les organisateurs du Festival Mawazine qui m’ont donné la chance de rencontrer le public. Pour ce qui est du don royal, il me permettra de  financer mon nouvel album, et faire avancer les choses.

Est-ce que vous avez cherché des producteurs pour résoudre ce problème et avez-vous des projets pour cet été ?
Oui, j’ai beaucoup cherché. Mais c’est très difficile.  Parce que pour trouver un producteur, il faut qu’il partage les mêmes convictions. C’est quelqu’un qui doit connaître la valeur de mes chansons et de mon style.  Un producteur pour moi, vous aide à continuer sa carrière musicale. Actuellement, je me concentre juste sur mes titres auxquels je voue la grande partie de mon temps.

Comment pouvez-vous évaluer votre parcours jusqu’à maintenant et qu’est-ce que Joudia cherche encore ?
Pour parler de mon parcours, je suis encore à mes débuts. Et je suis très fière de ce que j’ai réalisé jusqu’à présent, mais je crois que les années avenir seront encore plus fructueuses. Il me reste beaucoup de choses à faire, plusieurs rêves me hantent encore. Je cherche à être plus reconnue dans mon pays. Et ce n’est qu’un début, je suis encore très loin et c’est la réalité.

Avez-vous été encouragée par vos proches ?
Oui bien sûr. Mes parents ont été très fiers de moi, et ils le sont toujours. Ils m’ont beaucoup aidée au début de ma carrière laquelle reste encore modeste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *