décembre 15, 2017

 

La batterie : Attention au phénomène de la mort subite

La batterie : Attention au phénomène de la mort subite

Vous êtes en plein estivage, ou même sur la route des vacances. Vous faites une halte quelque part, à un village par exemple histoire de désaltérer un peu tout le monde… mais lorsque vous décidez de reprendre le volant, l’auto ne démarre pas. Pire encore, rien ne fonctionne à bord ! Pas même l’éclairage de l’habitacle (lorsque l’une des portes est ouverte), ni le (dé)verrouillage de ce dernier via la commande à distance. Ne cherchez plus : votre batterie est à plat. C’est le phénomène dit de la mort subite.
Voici donc comment éviter de se retrouver dans une telle situation. Mais avant, quelques informations sur le «fournisseur officiel d’électricité» de votre voiture ne seront pas de trop pour comprendre son fonctionnement. Si elle a pour rôle d’alimenter en énergie tous les accessoires électriques du véhicule (autoradio, éclairage, climatisation…), la batterie a aussi pour fonction de fournir au démarreur un courant suffisamment puissant pour lancer le moteur. Mais l’énergie d’une batterie n’est pas éternelle : elle se consume au gré des charges et décharges quotidiennes. Elle est donc associée à un circuit de charge, dans lequel l’alternateur joue un rôle majeur : récupérer l’énergie mécanique pour la transformer en énergie électrique.
C’est ainsi qu’il génère une tension continue (supérieure ou égale à 14 volts) afin d’alimenter (en électricité) les différents systèmes électriques de l’auto, ainsi que la batterie elle même. De ce fait, il entretient la batterie en état de charge. Mais cela, à condition qu’il lui débite suffisamment d’énergie, mais pas non plus au-delà de ses besoins. Auxquels cas, la batterie devient défaillante et s’use prématurément, soit entre la première et la deuxième année de mise en marche. Or, on estime la durée de vie d’une bonne batterie à au moins quatre ans. Et lorsqu’il y a une défaillance au niveau du circuit de charge ou de l’alternateur, la batterie ne se recharge pas correctement, ou insuffisamment. Elle peut donc rendre l’âme sans aucun symptôme avant-coureur. C’est ce qui explique le phénomène de la mort subite.
Maintenant, pour éviter que tout cela ne se produise, il est fortement recommandé de faire contrôler sa batterie tous les 7.500 km ou tout au moins une fois par an et en particulier avant l’hiver. Ce qu’il faut faire vérifier par un technicien ? Les fixations et les différents niveaux et ce, même s’il s’agit d’une batterie dite (par le fabricant) «sans entretien». Ce même technicien devra s’assurer que les bornes ne corrodent pas, auquel cas, il les nettoiera avec une brosse métallique, avant de les remonter en état.
Par ailleurs et au quotidien, soyez vigilant : si vous laissez vos phares allumés durant la nuit, votre batterie se décharger complètement, ce qui est très mauvais pour sa durée de vie. Si vous devez la changer, recourez à un expert. Car, le choix d’une batterie se fait selon plusieurs critères importants (puissance, capacité…) bien plus déterminants que la dimension qui lui est allouée sous le capot. Bien entendu, ne lésinez pas sur la qualité, optez pour des marques de référence, y compris celles produites localement. Enfin, lorsque vous remplacez votre batterie, ne la jetez pas dans la nature : son contenu est hautement polluant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *