La circoncision dans les provinces du Sud, un événement festif

Ce rituel s’insère dans un cadre, où les festivités impriment à l’événement une joie particulière et sont une occasion de renouer avec l’esprit d’appartenance à une collectivité imprégnée de ses traditions. Il constitue aussi un cadre propice pour promouvoir la personnalité de l’enfant circoncis en  lui faisant entrer à l’esprit l’importance de ces valeurs, compte tenu que la personnalité de l’homme du Sahara est fondée sur l’authenticité et l’attachement aux pures valeurs culturelles marocaines.

Considérées dans les provinces du Sud comme une tradition ancrée, les festivités de la circoncision sont entourées d’une multitude de rites, d’us et coutumes qui puisent leurs sources dans la culture de l’homme du Sahara et dans  son mode de vie, dans la mesure où la circoncision est qualifiée de pas décisif  pour promouvoir l’intégration de l’enfant dans un ordre social fondé sur le respect des pratiques musulmanes.

Pour cette raison, les habitants des provinces du Sud préfèrent que le jour de la circoncision coïncide avec un jeudi ou un vendredi matin, ou avec une occasion bénie, telle une fête religieuse, de sorte que cette opération se déroule dans de meilleures conditions et qu’elle constitue un bon présage pour l’enfant circoncis.

L’enfant, qui arbore alors un habit neuf, est préparé psychologiquement par son père, son grand-père, son oncle, ou un de ses proches, afin qu’il ne soit pas envahi par la peur, pendant que son attention est attirée dorénavant sur son statut de futur élément parmi les hommes de la tribu.

M. Brahim L’Haissen, un des connaisseurs de la culture hassanie, souligne que dans le cadre de cette préparation, l’enfant est choyé et ses demandes sont satisfaites en cette circonstance qui lui permet de formuler ses voeux, alors que tous ses proches se montrent disposés à satisfaire toutes ses demandes.

Réconforté et rassuré par tant d’affection de la part de ses parents et de ses proches, l’enfant réagit en déclarant "protège-moi mon père, je veux un chameau, je veux une chamelle, …".

  Ces expressions par lesquelles le garçonnet sollicite la bénédiction et la protection de ses parents expriment ses v ux les plus chers suivis du désir d’avoir un chameau ou une chamelle, qui sont des présents de valeur dans un espace géographique où ces animaux sont le symbole du don.

 Gage de l’assistance pour satisfaire les demandes matérielles de l’enfant, l’un de ses proches coupe l’oreille d’un bélier ou d’une chèvre, signe que le gamin circoncis est désormais propriétaire de cette bête.

Des expressions telles "la circoncision fera de toi un vrai homme", ou "à partir de maintenant tu es un homme parfait" fortifient l’orgueil de l’enfant et contribuent à dissiper ses sentiments de crainte et de peur lors de l’opération de circoncision.

La mère de l’enfant circoncis s’enduit, alors, les mains de henné et entoure sa tête d’un turban rouge, pour fêter le succès de la circoncision. On procède aussi à la suspension de deux cordes sur l’entrée de la tente pour signifier que ce lieu abrite une cérémonie de circoncision.

Pratiquée de manière traditionnelle, l’opération de circoncision était confiée à une personne réputée pour sa maîtrise et son expérience en la matière. Aujourd’hui, elle est prise en charge par les hôpitaux et les dispensaires et pratiquée par des cadres de la santé.

Une fois l’opération de circoncision terminée, des you you de femmes, des chants et des battements des tambours emplissent l’atmosphère en signe de joie de cette occasion non dépourvue de certains rites de croyances, dont la suspension, sur la poitrine de l’enfant, de deux pochettes, l’une emplie de musc, et l’autre de graines de péganum, de coriandre, de sel et d’autres ingrédients, pour prémunir l’enfant contre tout mal.

El Mokhtar Essamlali
MAP

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *