La presse ou les démons du mensonge (1)

La guerre n’anéantit pas seulement les hommes, les biens et la vie en général, mais détruit également les principes, l’éthique, la déontologie et surtout l’espoir. En Algérie, rares sont ceux qui savent résister aux charmeurs de la corruption morale et matérielle et la presse comme tout organisme stratégique n’échappe pas à cette règle. Depuis le début de la tragédie, certains journaux ont perdu leurs essences et leur crédibilité acquises chèrement après les événements d’octobre 88, dans un pays où tous les moyens d’information appartiennent depuis l’indépendance aux décideurs. Est-ce un hasard si la profession a payé un aussi lourd tribut ?
La mort violente des journalistes algériens et étrangers a dévoilé la détermination de ceux qui veulent à tout prix étouffer la vérité ; abaisser le rideau de fer est pour eux une nécessité afin de mener à bien la politique de l’horreur.  Cette cruauté a permis la neutralité bienveillante de la majorité et la compromission de certains autres ; les meurtres, les menaces puis l’isolement (pour ne pas dire la clandestinité et l’exil) des autres ont fini par anesthésier l’esprit critique et paralyser la quête de la vérité qui ont caractérisé la presse algérienne à l’issue des événements d’octobre 88.  Des journalistes qui ont pris avec des médecins le leadership des comités contre la torture en octobre 88 (avec la participation remarquée de l’actrice Isabelle Adjani), qui ont écrit les mémoires d’octobre et sont devenus des portes -voix criant leur indignation en répétant "plus jamais ça", se sont transformés en apôtres de l’éradication et en plumes de sang.
Il est dit :  »On n’a pas le droit de tuer un homme parce qu’on ne connaît pas les images qu’il y a au fond de ses yeux », principe sacré du droit à la différence et du respect d’autrui que bon nombre de journalistes ont sacrifié au nom de la pseudo-sauvegarde de la démocratie que les intégristes veulent décapiter. Comment expliquer aux communs des lecteurs la conversion rocambolesque d’une presse contestataire et parfois rebelle à l’avant-garde de la lutte pour les droits de l’Homme et la dignité humaine, en un instrument fatal entre les mains des thaumaturges du cabinet noir. Cette presse qui est devenue une girouette changeant de sens avec les vents des luttes des clans. Certes dans un pays soumis à des bouleversements en profondeur où les affrontements entre idéologies antinomiques et intérêts divergents ont ouvert la voie à une atrocité meurtrière, le principe sacré du respect de la vie humaine est tombé à la faveur de fatwas d’imams ou pseudo-cheikhs ignares et de muftis incultes made in DRS. Mais le plus grave encore, c’est que la presse qui était le garde-fou du champ politique, a fini par céder. Le résultat  est connu de tous et les écrits relatifs à ce sujet sont bien loin du non-dit ; les cœurs restent toujours pleins tant que justice n’est pas faite. Nous ne voulons pas et nous n’avons pas la prétention de faire le procès de la presse ou des journalistes, l’histoire se chargera tôt ou tard d’une telle mission, mais nous tenons par contre à expliquer les mécanismes et les dessous de la manipulation et montrer que la démission des consciences a très largement contribué et d’une façon substantielle au pourrissement de la situation. Notre espoir est que ce dossier puisse contribuer, même de manière très modeste, à la libéralisation des consciences journalistiques,  l’assainissement du milieu médiatique et la réhabilitation de la fonction de journaliste ; pour que demain soit meilleur pour ceux qui achètent chaque jour leur journal et qui s’attendent à y trouver leurs souffrances mises à nu afin de pouvoir espérer que le surlendemain sera meilleur!

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *