La presse ou les démons du mensonge (4)

Les généraux s’inspirent pour l’occasion du modèle américain de gestion médiatique des conflits armés. Ils savent qu’ils n’ont pas droit à l’erreur et ont employé tous les moyens médiatiques en leur possession pour couvrir l’offensive de l’armée afin de garantir un maximum de publicité positive. Ouled Allal est un petit village situé à environ cinq kilomètres de Sidi Moussa et fait partie de cette région macabrement célèbre du "triangle de la mort". Il est devenu fantomatique à l’image des autres villages environnants depuis le commencement des massacres; seuls les habitants qui n’ont pas où aller sont restés dans leurs modestes habitations, essayant de préserver le seul bien qui leur reste: leur vie. C’est aussi un village qui a majoritairement voté FIS (comme celui de Raïs, Benthalha, Sidi Moussa…), et compte bien sûr, comme tous les villages aux alentours, des sympathisants qui abritent des islamistes armés des GIA ou de l’AIS et les ravitaillent.

Ce village est épargné par les massacres !
Au début du mois de septembre 97, le général Fodhil Cherif, commandant de la lutte antiterroriste prépare avec ses aides de camp, une offensive extraordinaire contre ce petit village, qui selon eux abrite le quartier général des auteurs des massacres des villages voisins. Le plan de l’opération inclut l’apport des forces spéciales, l’aviation, l’artillerie, les blindés et des bulldozers pour ouvrir des passages dans les pseudo-champs de mines (une première mondiale, quand on sait que les bulldozers ne résistent même pas au souffle d’une mine anti-Chars, alors que les mines artisanales des groupes islamistes armés sont faites à partir du remplissage des bouteilles de gaz butane avec un mélange hautement explosif donnant une force équivalente à l’explosion de bombes de deux cents kilogrammes utilisées par l’aviation de l’ANP). Très vite, à la mi-septembre, un dispositif impressionnant estdéployé prés de Sidi Moussa et à la vue des moyens militaires mis à contribution pour la circonstance, on a l’impression que l’armée algérienne part à la guerre contre une autre armée d’une puissance colossale. Pour la première fois depuis le début de la crise, des journalistes de la presse écrites triés sur le volet sont conviés à suivre de loin l’évolution des opérations sur le terrain. Depuis le poste de commandement opérationnel (PCO), installé à Sidi Moussa, Fodhil Cherif coordonne en présence du général Said Bey, alors chef de la première région militaire, les mouvements des troupes et le travail des différentes armées présentes sur le terrain. En utilisant ses méthodes peu chirurgicales, Fodhil Cherif décide de nettoyer le village maison par maison et Gourbi par Gourbi car il faut dire que les gens qui vivent dans ces lieux sont des gens simples et très pauvres. `
Les portes des habitations sont fracassées par les parachutistes du 25ème, 90ème et 18ème régiment de reconnaissance et le 12ème régiment de para-commandos (RPC), l’élite de l’ANP,qui forment la coordination de lutte contre les activités subversives (le CLAS) commandé par Fodhil Cherif. Quelques civils sont évacués par les hommes des forces spéciales dans la hâte, la peur au ventre et sous une pluie d’insultes et de coups, ils n’ont même pas le temps de ramasser le peu de biens qu’ils ont. Les consignes de Fodhil Cherif sont très claires "ne prenez aucun risque et tirez au moindre danger". C’est le colonel Tartague et ses hommes qui s’occupent de la localisation des maisons infectées, grâce à ses agents qui sont partout.
Dés les premiers accrochages avec les islamistes armés, les bombardements commencent; les hélicoptères de support de combat MI8 (portant 64 roquettes) et MI17 (portant 192 roquettes) lancent leurs roquettes à tout bout de champ, et le commandant aviateur de cette mission au PCO, le Lt-Colonel Staihi Laouar a même ordonné de tirer à la roquette sur des bergers des environs arguant que ce sont des bergers du GIA. Il est presque impossible de décrire la scène complètement: les déflagrations, le feu, les cris, les nuages de poussière. A la fin de l’opération qui a duré plusieurs jours, usant des chars T-72 nouvellement acquis auprès de la république tchèque (un marché entre la firme OMNIPOL et les généraux algériens, qui sera abordé dans le dossier corruption et affaires), Fodhil Cherif ordonne de donner l’assaut final, rien ne doit être épargné.
Les quelques maisons qui ont résisté aux tires de roquettes, chars et armes de tout genre sont démolies et mises à terre. L’opération grandiose est terminée et seul le minaret tient encore debout, le reste de la mosquée est détruit et le village de Ouled Allal est rayé de la carte. Tout au long de l’évolution de l’offensive militaire, des déclarations à l’intention de la presse font état des dégâts subits par le terrorisme qui vient de perdre à Ouled Allal son quartier général; à croire que tous les maux de l’Algérie ont commencé dans ce petit hameau devenu zone de la mort.
Le 08 octobre 97, Fodhil Cherif, seul habilité à parler aux médias, fait état de la découverte d’un charnier contenant près de quatre vingt corps. Impassiblement, il avance que ce sont les corps des femmes et des jeunes filles enlevées dans les villages où les massacres ont eu lieu et tuées par les commandos des GIA après avoir été violées, alors qu’aucune expertise médicale ou enquête n’a été faite, mis à part le décompte des victimes et leur enterrement dans des fosses communes par les éléments de la protection civile. Cette déclaration, Fodhil Cherif l’a par la suite conforté en annonçant la découverte d’un important lot de documents authentifiés par le sceau du GIA et qui réglemente le partage des femmes kidnappées sur les lieux des massacres. Un autre document rédigé par le pseudo-responsable des massacres faisant état du bilan du butin (bijoux et argent ) récupéré sur les corps des victimes lors des massacres et dont Antar Zouabri, l’agent de Tartague étant le destinataire.
Le but est de convaincre l’opinion publique nationale et surtout internationale et de manière irréversible, que les seuls coupables des atrocités commises ici et là sont les terroristes islamistes. Pour étayer ces déclarations, des femmes égorgeuses sont présentées sur la chaîne de télévision nationale et ont confirmé leur appartenance aux GIA et avoué leur participation aux massacres.
Comme le chapitre des massacres est traité dans le dossier de la lutte antiterroriste avec plus de détails, nous allons seulement citer le but final de l’opération Ouled Allal.
Les journalistes invités pour couvrir cet épisode macabre ont le droit, une fois l’opération terminée, de photographier les corps des dizaines d’islamistes allongés les uns à côté des autres.
Ils sont présentés comme les auteurs des massacres qui ont secoué le monde entier. Un seul islamiste armé vivant, le visage défiguré, plein de sang, se tenant à peine debout, est exposé aux journalistes qui n’ont pas le droit de lui parler.
En réalité, quelques corps seulement appartiennent aux membres des groupes armés abattus pendant l’offensive, les autres sont prélevés du lot de réserve, à savoir les islamistes et les victimes disparus, arrêtés et torturés par Tartague et ses hommes de l’escadron de la mort, qui sont détenus et maintenus en vie dans des conditions animales et ce dans des endroits tenus secrets (comme les hangars de la caserne du service près du cimetière de Staouili où près de dix ans auparavant ont été conduit les émeutiers d’octobre 88) afin de servir dans des opérations pareilles à celle de Ouled Allal comme des figurants du dernier acte, c’est-à-dire ramenés et exécutés sur place pour être exhibés devant la presse afin de montrer au monde que les responsables sont mis hors d’état de nuire.
C’est cette pratique abjecte, inqualifiable qui va au-delà de la barbarie, qui a fait que le nombre de disparus en Algérie dépasse les quatre mille cas. Autant de victimes qui vont hanter la mémoire de ceux qui leur ont ôté le droit d’avoir une tombe et à leurs proches celui de faire leurs deuils.
 La décapitation de Betchine
Ce scandale qui a fait beaucoup de bruit très récemment n’aurait jamais eu le succès escompté sans la complicité appuyée et les complicités implicites des agents du service et de ses relais dans la sphère politique. Les tenants et les aboutissants de cette affaire sont connus de tous et c’est sans doute l’une des opérations les plus connues du CCD.
Nous ne nous faisons pas l’avocat du diable, mais la férocité des tirs croisés contre la personne de Betchine ont fait que ce dernier abandonne vite le terrain du jeu politique pour se réfugier dans l’enclos des affairistes mafieux pourchassés par des juges véreux. Les journalistes qui ont déclenché l’affaire ont reçu au préalable des consignes très strictes de la part de Zoubir. Toute la stratégie de l’anéantissement de l’empire "Betchine" décidée comme cela est déjà décrit dans de précédents dossiers, par les grosses têtes du MDN est appliquée avec soin. Salir Betchine " qui n’est déjà pas très propre" vaut mieux que l’abattre. Il faut dire à ce sujet que même la famille de Betchine n’est pas épargnée et est traînée dans la boue pour signifier à Betchine que les choses peuvent aller très loin et dépasser le cadre de sa propre personne. Les nombreux titres de presse que possède Betchine sont tous incapables de faire face à la vague d’accusations gravissimes portée contre lui par "Nourdine Boukrouh" (d’abord au journal El Khabar), fer de lance de Toufik et qui est largement récompensé pour ses bons et loyaux services. Ghalib Djebour, gendre de Betchine et directeur du journal l’Authentique reçoit des avertissements très sérieux de Toufik, son ex-chef (Ghalib Djebour, a fait partie de la DCSA comme officier et a fini par quitter le service avec le départ de son beau-père en 1990), qui lui sort les dossiers de plusieurs affaires dans lesquelles Djebour est compromis. Parmi ces nombreuses affaires, son implication directe dans les malversations de sa société de gardiennage et de protection rapprochée "Idoine" ( d’où "l’affaire Idoine"). Ghalib Djebour recrute de jeunes sous-officiers ou officiers issus des services et les arme dans le but d’assurer la protection rapprochée de nombreuses personnalités proches de Betchine. Pour obtenir des contrats de protection, la société Idoine monte de vrais-faux attentats.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *