La presse ou les démons du mensonge (5)

Le cas du délégué exécutif communal (DEC) de Bordj El-Kiffan en est un exemple: une dame mariée à un magistrat proche de Betchine, pour laquelle Ghalib organise un faux attentat afin de justifier d’un contrat de protection du DEC au montant de 2.500.000 Dinars entre la mairie de Bordj El-Kiffan et la société Idoine. Le DEC de Bordj El-Kiffan empoche 30% du montant de la transaction soit 750.000 Dinars.
Une autre affaire plus grave encore, celle de trafic d’armes où Ghalib est impliqué avec un certain Boualem El-Mekhfi, le fils du fameux Cheikh El-Mekhfi. Une partie des armes récupérées par ce dernier lors de ses opérations est transmise par son fils à Ghalib qui les utilise pour sa société Idoine.
Les affaires sont nombreuses et le degré de compromission de Ghalib lui vaut de se taire face aux mises en garde de Toufik sous peine de se voir lui-même emporter par le courant. Il faut rappeler que Betchine a battu en retraite en bravant la menace de rendre publiques des affaires de détournements et de malversations de tout genre dans lesquelles sont impliqués un bon nombre de généraux mais dès qu’un compromis est trouvé entre les deux parties, à savoir les généraux du MDN d’un côté et Zeroual et Betchine de l’autre, la presse cesse ses attaques et tout rentre dans l’ordre.
Nous passons sur les détails publiés par la presse surtout le Journal "El Watan" qui a été l’un des premiers titres à soutenir l’offensive de Toufik.

L’abjuration de l’histoire
C’est avec stupeur que bon nombre d’Algériens, surtout ceux de l’ancienne génération qui ont fait du premier novembre une date immuable, ont appris par la presse écrite que Khaled Nezar était un héros de la guerre de libération la plus extraordinaire du vingtième siècle. Plus grave encore, cet homme qui a fait le deuil de l’Algérie et l’a plongée avec ses compères dans une obscurité sans fin, revendique haut et fort la paternité de l’Armée nationale populaire moderne, cette institution qui faisait autrefois la fierté de chacun.
Nous n’allons pas invoquer la longue liste des actes criminels de cet homme inqualifiable en mal de légitimité historique et qui a largement contribué par son excès de zèle à l’allongement de la longue liste des noms de ceux qui ont versé leur sang pour la terre qu’il est en train de piller aujourd’hui. Dans son livre il dame le pion aux vrais baroudeurs (expression utilisée pour désigner les Moudjahidines qui ont engagé des combats armés avec les forces militaires de colonisation et qui signifie aussi tirer et sentir l’odeur de la poudre : le ”Baroud”). Il les désigne de maquisards abrutis qui n’en faisaient qu’à leurs têtes et qui avaient besoin d’instruction en tous points. Il va sans dire qu’il tire au passage la révérence à ses anciens compagnons de l’armée française sans lesquels l’Algérie indépendante n’aurait jamais vu le jour.  Nezar n’est pas le seul à essayer de se faire un lifting historique, le général Mohamed Touati a redécouvert son amour pour les Kabyles et son interdépendance berbère qu’il revendique ces dernières années à tout bout de champ, surtout dans les milieux du RCD auxquels il prêche ses discours néo-séparatistes et prodigue ses conseils envenimés. Ce que peu de Kabyles savent, c’est que cet individu qui est aussi du même milieu que Nezar, n’est certainement pas l’enfant de cœur qu’il essaye de faire paraître derrière sa façade courtoise et belliqueuse, pire encore il est maculé du sang de dizaines de jeunes kabyles honorables qui ont rejoint le combat du FLN et de pauvres civils sans défense.
En 1956 (années où la fine fleur des hommes tombait au champ d’honneur les uns après les autres) alors qu’il était jeune officier (Aspirant promu pour sa fidélité et sa rigueur, alors qu’il était sous-officiers à l’origine), il est arrivé avec un détachement de soldats français au Douar Beni-Flik non loin d’Azefoun où il a personnellement sélectionné pr!s d’une vingtaine de jeunes hommes du village et qui sont froidement fusillés sur place, comme représailles à une frappe de «fellagas » contre une caserne française de la région. Ironie du sort, pendant l’été 1985, alors qu’il était à l’école de la santé militaire de Sidi-bel-abbès, il est revenu sur les lieux de son crime pour participer avec une délégation officielle à l’inauguration du premier CEM de la région. Même homme, différent uniforme, les habitants du village de Beni-Flik l’ont reconnu dés qu’ils l’ont vu et ce qui devait être un jour de fête s’est très vite transformé en un soulèvement populaire. C’est aux sages de ce village martyr qu’il doit encore la vie car il a failli être lynché et ce malgré son uniforme et son grade de commandant, les villageois hors d’eux l’ont chassé à coups de pierres. Touati n’a certainement pas oublié ce jour qui reste «normalement» gravé dans sa mémoire et certainement dans celles des habitants du village de Beni-Flik. Il n’a de Kabyle que le nom et c’est dans la logique des choses que de le trouver aujourd’hui derrière le meurtre de Lounes Matoub et d’autres Kabyles "comme lui" et dont il pleure la disparition. Khaled Nezar a bien entendu profité de la largesse de certains titres de presse et de la complicité malveillante de certains journalistes à l’affût d’un parrain. Ils se sont investis pour convaincre le commun des citoyens du bien-fondé des intentions du nouveau messie des Aurès. Ce dernier est présenté par la presse comme une providence pour notre pays et ils lui accordent le droit de traîner dans la boue tous ceux qui ont osé le contredire ou lui faire le moindre reproche. L’esprit du coup d’Etat de janvier 92 est défendu avec férocité par les journalistes et à aucun moment le choix du tout sécuritaire n’est mis en doute, bien au contraire, c’est l’essence même du combat démocratique dont se réclament les journalistes éradicateurs.
Même à la retraite (officiellement), Khaled Nezar se présente comme le gardien des valeurs de l ‘ANP dont il se fait aussi le porte-parole permanent et n’hésite nullement à faire des déclarations gravissimes sans en référer préalablement pour autorisation au chef de l’Etat (le président Zeroual et après lui Bouteflika) qui apprend la chose comme tout le monde par le biais de la revue de la presse qui lui ait présentée quotidiennement. Les déclarations de Nezar sont en fait des mises en garde à peine masquées à l’intention du chef de l’Etat pour bien notifier le divorce entre le politique et le militaire et rappeler que le pouvoir est une affaire d’uniforme qui ne peut être porté qu’au sein du MDN.
Des individus comme Khaled Nezar, Mohamed Touati, Salim Saadi, Rabah Boutella… ont tout fait pour compromettre les gens sincères qui ont quitté l’armée française soit avant soit après l’appel du 19 mai 1956 et qui ont majestueusement servi la révolution et l’Algérie. Certains sont tombés au champ d’honneur et d’autres comme le regretté général Khelil Lahbib (une des bêtes noires de Larbi Belkheir), Latrech Abdelhamid (colonel de l’ANP et ex. SG du MDN), Ben Salem Abderahman (Cdt de l’ALN et membre du conseil national de la révolution), Mahmoud Chérif (ancien Lt de l’armée française et colonel de l’ALN) et tant d’autres dont les noms ont été intentionnellement occultés par ceux qui ont pris part dans ce qui sera décrit plus tard comme «la grande conspiration» qui a commencé par l’empoisonnement du président Houari Boumediene, savamment préparé et mis en oeuvre par un de ses proches collaborateurs. L’avènement de Chadli Bendjedid, Larbi Belkheir, Abbes Gheziel, …au pouvoir ; le premier nettoyage de l’ANP durant les années quatre vingt, la purification du champ politique, le deuxième nettoyage de l’ANP durant les années quatre vingt dix et la main mise actuelle sur le devenir de l’Algérie.

Les attaques contre le MAOL
Embarrassés par l’étendue des publications du Mouvement algérien des officiers libres, les généraux impliqués dans la tragédie nationale ont urgé les généraux Toufik et Smain responsables des services de sécurité de trouver une solution à cet imprévu qui a mis à nu les pratiques criminelles longtemps employées dans l’ombre par les généraux.
Le fait que le MAOL ait exclu dès le départ l’usage de la violence comme moyen d’implosion du système, a privé les architectes de l’apocalypse de leur arme favorite, à savoir la surenchère et l’escalade pour discréditer l’adversaire. Le duo de la DRS a opté en fin de compte pour l’infiltration et la riposte médiatique.
Plusieurs tentatives d’infiltrations du Mouvement par la centrale ont échoué grâce à la vigilance des libres qui connaissent bien plus que n’importe qui les méthodes peu légitimes employées par les fers de lance de l’institution militaire. A l’intérieur du pays, les opérations de surveillance, d’écoutes et de contrôle en tout genre n’ont rien rapporté aux responsables de la sécurité et à chaque fois, ils butent contre la détermination des officiers et sous-officiers du mouvement.
La politique désastreuse des généraux qui ont ruiné l’ANP, leurs affaires, leurs fortunes apparentes et leurs nouvelles règles d’exclusion de la classe d’officiers de second rang, à savoir les officiers supérieurs et subalternes qui sont loin du cercle de décision et sont utilisés le plus souvent uniquement comme de la chair à canon, ont été des éléments déterminants dans le changement radical de la mentalité d’un nombre impressionnant de militaires qui ont, fort heureusement, compris que leurs chefs ont trahi la confiance qu’ils avaient en eux. Plus grave encore que ces mêmes chefs les utilisent comme bouclier alors qu’ils gardent leurs enfants officiers au sein de l’armée loin du terrain opérationnel. Le capitaine Mourad Lamari (fils de Mohamed) sorti de l’Académie militaire de Cherchel en 93 est affecté à la DRS, il occupe un poste tranquille au MDN et a bénéficié d’une promotion éclair, alors que plus des deux tiers des ses camarades de promotion ont été tués dans des opérations de ratissages ou dans des offensives antiterroristes. Ce n’est pas le seul fils de général, le capitaine Zoubir Djnouhet affecté lui aussi à la DRS, il travaille à la direction régionale de la DRS 1ère RM ; le Capitaine Khaled Derradji lui aussi affecté à la DRS, il est au poste de sécurité du CHU Ain Naadja ; le Capitaine Noureddine Djillali, infanterie mécanisé, affecté à la première région militaire ; le Capitaine B. Mostefaoui lui aussi affecté à la DRS, le Capitaine Nassim Hamzaoui, le Capitaine Medjahed : le fils adoptif de Nezar…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *