La presse ou les démons du mensonge (8)

 
Taveau n’était qu’un instrument aux mains d’un marionnettiste invisible qui voulait envoyer un message au clan de la présidence ; en tous les cas, les paroles de Khalida lorsque je lui ai posé la question sur les tenants et les aboutissants de cette histoire ne laissent aucun doute : «Zeroual doit comprendre qu’il n’a pas toutes les cartes en main !».  Puis vint l’affaire de l’assassinat de Matoub, avant même de lire votre dossier et les révélations sur votre site, je me posais la question sur le rôle joué par certains responsables du parti et pour qui roule réellement Saadi ?
Lorsque le Premier ministre Ouyahia a voulu imposer la loi sur l’arabisation, je me souviens des déclarations de Saadi lors d’une réunion dont vous avez fait état dans votre dossier :«la loi ne passera pas et si tout va comme prévu, elle sera la tombe de la présidence»

Saadi : un visionnaire ou quelqu’un d’informé ?
Quelques années plus tôt, n’a t-il pas affirmé en direct à la télévision au chef intégriste du FIS qu’il n’arrivera jamais au pouvoir !
Dès que la radio de l’Etat a annoncé la mort de Matoub, les responsables du parti ont eu une réaction troublante, il fallait passer partout le mot d’ordre que le GIA était derrière le crime, alors que la rue criait ‘‘pouvoir assassin’’. La déclaration de Khalida Messaoudi accusant les islamistes de l’assassinat et affirmant que beaucoup de gens dans le pouvoir y trouvaient leur compte n’était qu’une façon subtile pour ne pas se couper de la base du parti et de la population kabyle qui elle a vu la main du pouvoir dans cet assassinat. Dès que la tension est tombée après l’enterrement de Matoub, certains membres du RCD, très gênés par les premiers doutes exprimés par la sœur et la mère du chanteur, ont commencé par faire un travail de sensibilisation dans le seul but de consolider la piste islamiste en faisant courir la rumeur sur Malika Matoub l’accusant de vouloir faire un nom et un commerce avec l’affaire !
Sans vouloir mettre en cause Ait Hamouda, son comportement après l’assassinat était plus que troublant. Pourquoi voulait-il à tout prix savoir ce que la sœur mijotait en répétant à tout bout de champ qu’elle était imprévisible ?
Pourquoi donnait-il de fausses informations aux journaux et notamment le journal Liberté, (information sur l’autopsie en citant des sources proches de l’enquête), il m’a chargé personnellement de faire circuler le nom d’un suspect auprès de certains journalistes, car ma profession donnait de la crédibilité à l’information. J’ai rompu avec le RCD après l’enlèvement du jeune Naim par des membres des GLD pour intimider Malika.
Ma conviction est faite, l’opposition du RCD à l’islamisme n’est que conjoncturelle et les opportunistes utilisent la bonne foi des militants et leur détermination à défendre la démocratie et la cause berbère à des fins bien terre-à-terre, un statut et une carrière.
Le RCD est devenu un instrument aux mains des affairistes qui espèrent tirer profit des prochaines privatisations, Les militants sincères doivent poser des questions sur les largesses de Rabrab dont profitent Saadi, Messaoudi et les autres. Une démocratie ne se construit que sur des bases saines avec de la transparence. La direction du RCD en acceptant de participer au gouvernement avec les islamistes et Ouyahia, chef de file des corrompus est la preuve que l’heure du partage et de la compromission est arrivée’’. Voilà le témoignage accablant d’un responsable d’une formation politique, l’exemple vivant de la manipulation à grande envergure. Un parti qui a cautionné toutes les décisions prises par les généraux qui ont conduit le pays au génocide, le RCD et le GIA sont deux faces d’une pièce entre les doigts d’un prestidigitateur habile.
Le GIA descend du maquis pour faire des affaires (licences de taxi et autres aides) fournis par le gouvernement sans renier l’idéologie dont ils sont restés de fidèles adeptes, le RCD rentre au gouvernement en trahissant la mémoire des victimes du terrorisme et la boucle est bouclée. Vouloir faire croire aux Algériens que le MAOL est le reflet du FIDA ou du GIA après avoir prétendu que le FFS et les services étrangers y sont derrière n’est qu’une manipulation grotesque de la part des naufragés du crime qui ne trouve que des histoires de ‘‘ Tayabates El Hammam’’ (commères) pour répondre aux accusations de génocide. Tous ces exemples de manipulation tous azimuts et coups fourrés en tous genres, ont été cités juste pour donner un aperçu sur ce qui se passe dans les coulisses du CDD, où l’information est le souffre-douleur d’apprentis-sorciers qui tentent contre toute logique de ré-inventer la réalité algérienne. Il est incontestable que l’étendue des préjudices causés par ces faussaires de la pensée n’aurait certainement pas été aussi dramatique sans la complicité incriminable d’une classe de journalistes sans âmes qui ont engagé leurs plumes et ont cautionné le mensonge et l’irréalité dans un combat où l’encre coule à flot pour noyer la vérité.
Pour ces pseudo-journalistes le temps s’est arrêté à partir du moment où ils ont signé leurs pactes d’allégeance aux ordonnateurs de la pensée polarisée, car ils ne connaîtront jamais la satisfaction que ressentent les hommes sincères qui prêtent leurs mots à ceux qui n’ont plus de voix pour crier leur peine et soufflent la vie dans les corps meurtris de toutes les victimes.

La chasse aux sorcières
Le recrutement des journalistes a de tout temps été un objectif de première priorité pour tous les services opérationnels de la DRS. Si on se reporte aux différents domaines où le rôle de la presse est déterminant on comprend aisément la consécration de tout un service avec des moyens illimités avec pour seul but : le contrôle de l’opinion.
Les moyens investis par la DRS pour recruter un journaliste dépendent de l’importance même du sujet opérationnel. Dans tous les cas de figure, si l’on considère un sujet moyen où l’approche directe n’est pas recommandée pour cause de refus probable de collaboration, une enquête de sécurité est conduite pour identifier le maximum de contacts du sujet, étudier ses habitudes même les plus intimes grâce à l’écoute téléphonique, la surveillance et la filature. Quelques fois même des agents extérieurs sont utilisés pour complément d’enquête ; en définitif tout l’ABC du parfait espion est utilisé, le plus important est le résultat. C’est un cas d’école où l’on peut dire avec beaucoup de liberté que la fin justifie les moyens. A la fin de toutes ces conspirations primaires et suivant le résultat de l’enquête de sécurité plusieurs cas sont possibles, et le meilleur angle d’attaque (une stratégie d’approche) est adopté :
• Si le sujet a des vices, des secrets cachés ou des points faibles exploitables, ils sont vite adoptés et l’approche est décidée. L’officier traitant essaye durant la rencontre d’utiliser la méthode douce et si le sujet accepte de collaborer, les points faibles ne sont pas cités et sont réservés pour plus tard.
Il faut dire que certains journalistes ont offert d’eux mêmes d’aider le centrale, ils font aussi du renseignement en milieu journalistique pour diverses raisons qui varient du personnel au politique. C’est l’espèce la plus virulente car elle collabore très intensément pour compromettre d’autres journalistes.
• Si le sujet n’a pas de vices ou de secrets particuliers, l’approche est ensuite basée sur la tentation d’une manière indirecte, c’est-à-dire en utilisant des tiers personnes, les plus proches possible, capables de présenter l’offre de collaboration sous un angle qui se confond bien avec le profil du sujet comme le nationaliste et l’intérêt suprême du pays par exemple, pourvu que les paroles de la personne qui fait l’approche trouve un écho chez le sujet. Très souvent le résultat dépend de l’engagement politique du sujet.
Dans ce cas qui nous concerne, des journalistes proches des thèses du RCD, par exemple, sont recrutables en jouant à la fois sur la corde berbériste et sur la lutte contre l’Etat théocratique.
Il arrive que des journalistes acquis aux thèses du tout sécuritaire refusent de collaborer avec le service et s’ils sont intéressants pour la centrale, ça devient un problème, car le refus de ceux-ci vient de leur volonté de rester libres, pour eux collaborer avec les services de sécurité relève du domaine de la trahison morale bien qu’ils partagent les mêmes idées que l’armée ; par honnêteté intellectuelle, ils ne peuvent pas se permettre une tel engagement.
C’est ce qu’on appelle dans le jargon des services les têtes dures, ou monsieur principes. Peu de personnes parmi cette catégorie accepte de reconsidérer l’offre et accepte de collaborer après la pression ( la torture morale) et les menaces qui viennent dans la deuxième partie de l’approche et où commence l’utilisation de toutes les méthodes basses.
Bien souvent les sujets récalcitrants sont obligés de quitter le pays, abandonner l’écriture, ou pour certains d’entre eux qui persistent, le risque est grand, très grand même car ils peuvent perdre la vie. Nous allons citer deux malheureux exemples parmi cette dernière catégorie:
 
Le cas Tahar Djaout
Il n’est pas utile de rappeler qui est Tahar Djaout, car à lui seul ce nom est plein de symboles et c’est justement sur ce symbole que le service voulait à tout prix mettre la main.
Pour Smain Lamari, alors occupé à monter la machine infernale de contre réaction et de répression, Djaout est un trésor et un pôle pouvant réunir autour de lui des personnalités du monde entier. Il fait donc l’objet d’une attention très particulière.
Au début de l’année 1993 les services secrets sont en pleine crise et les pressions internationales poste-coup d’Etat nécessitent une mobilisation massive d’une nouvelle force, un front capable de contenir les réactions hostiles venues de l’extérieure et celle émanant de l’intérieur. Ce front de défense des valeurs républicaines de l’Algérie et qui sera désigné plus tard par la ‘‘société civile’’ a besoin de forces motrices capables de générer une poussée dans le sens politique voulu par les généraux. A cette époque, Said Saadi et Khalida Messaoudi ont déjà traversé un long chemin dans la réalisation d’un tel projet en prenant la tête du Mouvement pour la république (MPR), mais il fallait s’assurer du ralliement du plus grand nombre d’intellectuels francophones bien sûr pour donner plus de crédit au mouvement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *