La presse ou les démons du mensonge (fin)

Parmi les personnes mises en cause, le propre frère du colonel Zoubir alors wali de M’sila, le commandant du secteur militaire et d’autres relais dans l’administration locale. En fait même Zoubir est bien impliqué en assurant la sécurité de tout le réseau. A 12.000FF (nouveaux francs) la carte jaune et 8.000FF le sursis, les comptes atteignent très vite des sommes gigantesques. Profitant du climat d’insécurité générale et de la crainte des parents pour leurs enfants qui ont atteint l’âge du service militaire, Zoubir et ses complices ont organisé ce commerce très lucratif de la vie humaine. Les parents des jeunes appelés qui peuvent se permettre même en vendant leurs biens préfèrent acheter la vie de leurs enfants plutôt que de les voir partir vers une mort certaine, trop de jeunes ne sont jamais revenus de l’abattoir.
 
Le colonel Tahri Zoubir
Quand le colonel Zoubir prend connaissance des investigations menées par les gendarmes autour de cette affaire, c’est en personne qu’il dirige les tractations avec le service concerné de la gendarmerie. Ses arguments en tant qu’officier supérieur de la DRS très connu dans le milieu opérationnel sont solides et pour lui le service de police judiciaire de la gendarmerie est en train de faire capoter une opération interne au service de la DRS couverte par le sceau du secret à des fins de lutte contre le terrorisme. Il est vrai que les services opérationnels de la DRS montent des affaires de toutes pièces (le miel qui attire les abeilles) soit pour des besoins d’infiltration soit pour la neutralisation de certains éléments, (le dossier de la lutte antiterroriste en traitera quelques exemples). Mais aussi d’autres opérations du genre sont aussi préparées pour des besoins personnels, le plus souvent pour le compte des chefs qui veulent éliminer des concurrents gênants ou avoir l’avantage dans des domaines qui les intéressent.
Malheureusement pour Zoubir, un journaliste travaillant pour le journal Le Matin eut vent de cette affaire (sans pour autant qu’il sache le lien de parenté qui existe entre le Colonel Zoubir et le wali de M’sila), il publie un article sur les dépassements de ce wali. En apprenant la nouvelle, Zoubir devient fou et fait tout pour nuire à ce journaliste : arrestation par Tartague, coups, insultes, menaces de viol et de mort… Toute la machinerie répressive est mise à contribution pour enterrer le sujet en question. Comme à l’accoutumée, Zoubir fait sortir le chef d’inculpation classique, à savoir intelligence pour un service étranger pour légaliser l’arrestation de l’auteur du fâcheux article vis-à-vis de ses collègues, car le journaliste en question avait des connaissances au sein de l’ambassade de France et des Etats-Unis à Alger.
Les affaires des frères Tahri dépassent largement le cadre du trafic de documents militaires, ils ont même monté grâce à l’argent récolté par ces transactions honteuses, une société d’importation de produits électroménagers en provenance de Tunisie avec le partenariat du chef de sûreté de la wilaya de M’sila et le commandant du secteur militaire. Leur société est devenue avec le temps l‘une des plus importante qui fait de la distribution (vente en gros) pour tous les commerçants de l’ouest du pays et même du centre. Leur chiffre d’affaires dépasse les 300 milliards de centimes et c’est grâce à Zoubir que le service des douanes n’a jamais un droit de regard sur ce commerce juteux qui est en pleine floraison.
Une des premières victimes de Zoubir est le DEC d’El Biar, le nommé Mohamed Maarouf qui cède sous les menaces claires de Zoubir. Ce dernier exige avec insistance un lot de terrain pour construction dans la commune. C’est finalement derrière le stade d’El Biar qu’il réussit à en avoir un à un prix dérisoire pour le moins que l’on puisse dire en comparaison avec les prix réels pratiqués sur le marché. Sans se soucier des frais, il fait appel à l’entrepreneur favori des généraux, un certain ‘‘Ami Salah’’ qui a construit deux villas pour le général Mohamed Touati, deux autres pour le général Abdel Madjid Taghrirt, une autre pour le général Mohamed Lamari ( pour son Fils Mourad) et pour bien d’autres officiers supérieurs.
La villa la moins chère a coûté plus de 2,5 milliards de centimes. Celle de Zoubir a coûté près de trois milliards, une somme modique pour ce colonel businessman qui s’est fait construire deux autres villas à Oran, l’une aux noms des membres de sa famille, en plus des logements de fonction qu’il n’a jamais quittés. Cela fait bien de l’espace pour un seul colonel. Rien à voir avec la réalité algérienne, cet officier supérieur parmi tant d’autres vit dans le luxe et la luxure alors que la crise de logement bat son plein.
La mutation du frère wali n’est pas due au hasard, le budget de reconstruction de cette zone martyre aiguise les appétits des vautours du trafic de l’immobilier et du foncier, et les affaires des frères dans ce domaine ne sont pas en laisse. Déjà à M’sila, le wali Miloud Tahri s’est bien servi et le montant du trafic de lots de terrain, logements d‘habitation, locaux commerciaux et engins de transport lourds, est effarant. Pareillement, Zoubir a fait de même à Alger avec l’ex-sgouverneur Chérif Rahmani et ‘‘Salah’’ le fameux entrepreneur. Des terrains agricoles ont été détournés, reclassés constructibles, construits et revendus à des prix exorbitants. Même d’anciens cimetières chrétiens n’ont pas échappé à leur voracité et ont été vendus comme terrains constructibles.
Le lecteur peut se demander légitimement comment est-ce que les chefs de Zoubir laissent faire ce subordonné ? En réalité pour eux ces petits trafics, c’est du menu fretin. Ils laissent faire pour s’assurer du soutien d’officiers comme Zoubir. Ils peuvent cependant à tout moment le traduire en justice quand il devient gênant ou trop gourmand. Les généraux préfèrent laisser ces miettes aux officiers qui les secondent.  Les affaires des généraux se chiffrent en millions de dollars et les officiers de l’espèce de Zoubir évitent bien de toucher aux chasses gardées des grands.
Le cas du Colonel Zoubir, chef du CCD n’est qu’un exemple parmi des centaines d’autres qui usent leurs fonctions comme un tremplin vers la richesse et qui travaillent d’arrache-pied pour s’assurer une place au soleil. Zoubir sait que son poste lui permet de faire taire tous ceux qui osent parler de corruption, de détournements et de tout ce qui dérange les chefs. C’est de ce point précis qu’il tire sa force et son pouvoir. 
Djillali Hadjadj, journaliste et médecin de formation, a longtemps travaillé au journal El Watan et s’est spécialisé au fil des ans dans les affaires de corruptions surtout depuis l’arrivée de Zeroual au pouvoir. Il a écrit un livre traitant aussi de l’étendue du fléau de la corruption dans notre société. Il était bien vu par les responsables des services depuis qu’il avait lancé une série d’articles sur l’empire du Général Betchine, bien plus il a même été félicité plus d’une fois par Zoubir pour son travail. Le vent a très vite tourné dès que ce même journaliste a commencé à s’intéresser de près à l’empire de Toufik et des autres généraux, une pluie d’insultes et de menaces de mort s’est abattue sur lui.
Suite au refus d’abandonner ses enquêtes, Zoubir met tout son poids et utilise tous ses contacts pour le faire renvoyer du journal en décembre 1999. Devant toutes ces exactions, le journaliste persiste en militant contre la corruption au sein de l’association qu’il a créée et a assisté dernièrement en Afrique du Sud au congrès contre la corruption.  Bien des journalistes honnêtes et sincères qui se sont investis dans ce métier noble où la vérité est reine, ont été cassés, poursuivis, martyrisés, assassinés ou dans le meilleur des cas, poussés à l’exil soit par Zoubir, Fawzi ou d’autres manipulateurs de l’ombre qui veulent étouffer à tout prix les voix qui se révoltent.
Tant qu’il y aura des gros rats qui se déplacent dans la nuit, croquent l’Algérie à pleines dents et se remplissent le ventre, l’Algérie restera à genoux et son peuple boira l’élixir de l’humiliation que les rats mijotent.
En conclusion notre unique souhait est de pouvoir contribuer par la diffusion de ce dossier à la levée des restrictions qui pèsent sur la liberté de la presse. Que les monstres qui guettent l’Algérie soient bannis à jamais ! Que Zineb et les autres inquisiteurs disparaissent du monde de la presse, car ils ne valent pas mieux que les terroristes islamistes qu’ils combattent.
Notre promesse à tous ceux qui ont donné leurs vies pour la vérité et de continuer à démasquer et à combattre tous les faux démocrates qui se vendent à Rabrab et ses acolytes. Tous les prêcheurs de mensonges qui assassinent l’espoir des plus démunis. Tous les Toufik et Smain qui étouffent les voix de la vérité et souillent de leurs empreintes indélébiles les pages de l’histoire.
Hommages aux journalistes qui ont été la proie de la folie humaine et des renégats aux milles visages. Des noms qui sont tombés l’un après l’autre avec bravoure et dignité.
Leur mémoire restera le phare de tous ceux qui disent NON haut et fort aux démons du mensonge. En cette occasion, nous rendons un grand hommage à lutte de Taoufik Ben Brick qui balise le chemin de la vérité avec honneur et courage. Peuple algérien, personne ne sait de quoi sera fait demain tant que ta volonté reste souveraine et ton désir suprême.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *