La preuve par Essaouira

La preuve par Essaouira

Essaouira, un havre de paix qui n’a cessé depuis sa création de séduire tous ses visiteurs. Depuis une décennie, l’ancienne Mogador connaît un essor touristique considérable.
Essaouira a choisi la culture comme locomotive de développement durable. En témoignent les  efforts déployés dans ce sens par l’ensemble des intervenants locaux durant la dernière décennie en vue d’améliorer cette destination et préserver son patrimoine ancestral. Ainsi sans la mobilisation de plusieurs natifs de la région (avec comme chef de file André Azoulay), la ville aurait continué à vivre dans la précarité en tant que cité oubliée. Aujourd’hui, cette implication donne ses fruits. Un produit comme le festival des Gnaouas est internationalement connu et, par conséquent, les investissements sont en progression constante. Ainsi cet été, en marge de la 11ème édition de ce festival qui a eu lieu du 26 au 29 juin, plusieurs projets touristiques de haute qualité ont été lancé (premier hôtel de la station balnéaire de Mogador) ou inaugurés (deux unités hôtelières classées 5 étoiles).
Selon André Azoulay, président de la fondation d’Essaouira pour les arts, la culture et le patrimoine, le festival sert depuis sa création de catalyseur de développement économique pour la ville. Ces projets d’envergure qui viennent renforcer la capacité d’hébergement de cette destination touristique à l’avenir prometteur témoignent que «l’art et la musique  créent de la richesse», avait affirmé André Azoulay lors d’un entretien relayé par la Map, expliquant que la ville semble gagner le pari de fonder son développement sur la culture. Par ailleurs, plusieurs atouts font le charme et le succès de cette petite ville de moins de 70.000 habitants dont la Médina a été désignée comme faisant partie du patrimoine universel.
Essaouira regorge de places, de remparts, de fortifications et de monuments historiques. Cette enceinte est un condensé d’architecture harmonieuse et cependant hétéroclite. Héritage culturel des siècles précédents, son édification récente est raffinée et imposante. On y découvre d’impressionnants remparts. Face à l’océan Atlantique, la casbah de La Squala est une ancienne batterie longue de 200 mètres où sont alignés des canons venus d’Espagne. C’est sur ces remparts qui abritèrent les corsaires du sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah qu’Orson Welles tourna son film Othello.
On découvre également dans la ville une Médina époustouflante, des mosquées, synagogues et églises, ainsi qu’une multitude de riads, conservés intact et réaménagé dans la plus pure tradition marocaine. Ainsi cette ville  portuaire située sur la côte Atlantique, à 173 km au nord d’Agadir, à 176 km à l’ouest de Marrakech et 360 km au sud de Casablanca, invite ses visiteurs à la découverte du mariage de ses trésors, ses couleurs, son architecture et ses cultures qui en font l’une des plus belles villes du Maroc.  Elle est également l’une des cités les plus attachantes de la côte Atlantique marocaine, elle le doit certainement à son climat tempéré toute l’année, à la gentillesse de ses habitants, à son patrimoine culturel et architectural, mais surtout à l’atmosphère unique qui règne dans ses ruelles, grouillantes de badauds, de pêcheurs, de commerçants et d’artisans, auxquels viennent se mêler des artistes du monde entier.
 D’après la tradition, après la fondation de Carthage en 814 av. J.-C. des marchands puniques se dirigèrent vers l’extrême Occident, jusqu’à Essaouira, pour y installer des échelles, des comptoirs. Les premiers hommes sur lesquels il existe des renseignements y parlaient une langue berbère. Ainsi depuis sa création cette ville a vu passer plusieurs civilisation: L’importance d’Essaouira n’a cessé de croître jusqu’à la première moitié du XIXe siècle, et la ville connut une formidable prospérité grâce à l’importante communauté juive. Pendant des années, ce fut le seul port marocain ouvert au commerce extérieur. Le déclin commença avec le protectorat français et le développement d’autres ports (Casablanca, Tanger, Agadir). Aujourd’hui, la ville connaît une renaissance spectaculaire, qui est due essentiellement au tourisme mais aussi à sa vocation culturelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *