La vigilance doit rester de mise

Les accidents de la route se succèdent à un rythme infernal dans notre pays. Le massacre sur les routes prend des proportions plus qu’alarmantes. Et les statistiques de la direction des routes du ministère de l’Equipement et du Transport montrent une nette recrudescence des accidents .Les accidents de la route fauchent de plus en plus de vies humaines avec une moyenne de 10 morts et de 120 blessés par jour.Au titre de l’année 2008, les accidents de la route ont fait plus de 4000 morts.
Le nombre des tués a enregistré une hausse de 8,44% passant de 3838 à 4162, les blessés graves de 4,72% (12.406 à 12.992) et les blessés légers de 11,78% (76.858 à 85.915).
64.715 accidents corporels ont été enregistrés dans l’ensemble du Royaume en 2008. En comparaison avec les données de l’année 2007, il ressort une augmentation de 9,83% du nombre des accidents.
Les piétons et les conducteurs de deux-roues totalisent à eux seuls le plus grand nombre de tués. Selon les catégories d’usagers de la route, les statistiques révèlent que les piétons et les usagers de voitures de tourisme ont enregistré le plus grand nombre de victimes. Avec 1471 morts en 2008, les usagers de voitures de tourisme sont les premières victimes des accidents mortels de la route. Cette catégorie d’usagers qui représente 35,34% des tués a enregistré une hausse de 13,94% par rapport à 2007. La situation n’est guère meilleure pour les piétons qui ont connu une augmentation du nombre de tués de 9,81% avec 1175 en 2008. Les plus fortes baisses ont concerné les usagers d’autocars et de camions où le nombre de tués a baissé respectivement de 44,19% (129 à 72) et de 12,50% (320 à 280) durant la période 2007-2008.
A ce rythme, la progression prévisible à l’horizon 2012 serait de près de 5.000 morts, soit 14 tués par jour. En plus du drame humain, les accidents de la route causent au Maroc des pertes économiques énormes. Celles-ci atteignent 11 milliards de dirhams par an, soit 2,5% du Produit intérieur brut. Si la tendance actuelle est maintenue, ce montant atteindrait 10,5 milliards de dirhams en 2012.
Les causes des accidents sont multiples : comportement du conducteur, mauvais état des véhicules, problème d’infrastructure, non-respect du code de la route, corruption… La vitesse est largement reconnue comme étant le danger le plus important en matière de sécurité routière.Elle est potentiellement le facteur d’accidents qui entraîne de graves traumatismes. Pour sensibiliser les citoyens sur le danger de l’inadvertance, des plans d’actions de communication et de sensibilisation sont élaborés durant toute l’année. C’est ainsi que le Comité national de prévention  des accidents de la circulation (CNPAC) lance chaque année une campagne de prévention routière.Celle-ci est marquée par une série de manifestations dans plusieurs provinces du Royaume, notamment des conférences, des tables rondes, des exposés sur l’éducation routière dans les établissements scolaires,des spots radio et télé … Celles-ci visent principalement les piétons et les usagers de la route.
Les pouvoirs publics ont aussi mis le paquet sur la sécurité avec le premier et le second Plan stratégique intégré d’urgence (PSIU). L ‘objectif initial étant la stabilisation du nombre de tués et de blessés graves causés par les accidents de la circulation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *