Larache, de la convivialité pour se détendre

Située à 70 kilomètres au sud de Tanger, Larache, autrefois nommée Lixus pendant l’antiquité romaine, est un petit port de pêche au nord de l’océan Atlantique, à l’embouchure du fleuve Loukos. La plage se trouve sur l’autre rive du fleuve. Elle est accessible soit à pied avec traversée en barque, soit en voiture ou en bus en contournant le fleuve. A Larache, il y a en fait deux plages délimitée par une jetée : l’une avec vagues , pour les bodyboarders et l’autre, plus proche du bras de mer, et plus calme, parfaite pour se baigner. Bénéficiant des vents de l’océan, le climat de Larache est doux et ensoleillé tout l’été avec des températures qui n’oscillent jamais les 30 degrés.
En descendant les ruelles de l’ancienne médina, on arrive au port Il est possible de le visiter et d’assister aux fameuses criées du soir et du matin, le soir étant consacré aux poissons blancs et le matin aux poissons bleus. Vous pourrez y déguster de savoureuses sardines grillées. Les petits chalutiers et les filets offrent un spectacle très coloré.
La ville de Larache se distingue par son architecture andalouse. Le poids de l’histoire y est pesant et bon nombre de cultures en l’occurrence espagnole, arabe et portugaise y ont inscrit leur présence dans les nombreuses architectures. Elle possède un magnifique endroit, très animé qui n’est autre que la place de la libération de style arabo-andalou , bordée de nombreux cafés en terrasses. Sur cette place, la porte Bab el Khemis délimite l’une des entrées dans l’ancienne médina. Celle-ci contient des lieux incontournables : le souk de la Kisaria, le marché des légumes, les innombrables ruelles qui descendent jusqu’au port sans oublier les maisons aux portes colorées.
Durant votre séjour à Larache, vous pourrez également découvrir une pinède située à seulement 500 mètres de la place centrale et qui s‘étend sur des kilomètres le long de l’océan. D’autres forêts de pins, eucalyptus ou chênes liège sont à proximité de Larache. Si vous remontez le fleuve sur quatre kilomètres, des marais et leur réserve naturelle abritent de nombreuses espèces d’oiseaux, de grands échassiers comme les flamants roses, les cigognes, les hérons.
 A Larache, le conservatoire tout juste restauré est à voir : il rassemble dans ses murs du dix-huitième siècle la bibliothèque municipale, le conservatoire de musique traditionnelle arabo-andalouse et classique et la délégation culturelle. On peut également admirer  l’océan déchaîné du haut des remparts de la forteresse portugaise. La nuit, la mer se recouvre de brume et le ciel se dégage, laissant apercevoir les milliers d’étoiles alors que l’océan ressasse inlassablement sa rumeur maritime. En début de soirée et tard dans la nuit, les estivants ainsi que les habitants de Larache se retrouvent sur la corniche pour regarder le soleil couchant, se retrouver ou faire connaissance et discuter. Les boulevards et cafés se remplissent le soir, lorsque l’air est un peu plus frais pour se promener ou boire un verre entre amis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *