Larbi El Harti : «Alegria a été créé pour la promotion de la ville»

Larbi El Harti : «Alegria a été créé pour la promotion de la ville»

ALM- A votre avis, est- ce que le festival d’Alegria de Chefchaouen a atteint ses objectifs? Et comment évaluez-vous le programme de cette 5ème édition?
Larbi El Harti : C’est un festival qui a réussi à se développer au cours de ses quatre années d’existence. Il a acquis une grande notoriété, et je crois qu’il est en train d’atteindre ses objectifs pour faire de la ville de Chefchaouen un espace d’interaction et de dialogue. Cette 5ème édition se distingue par son programme qui est très riche et écliptique. Le thème choisi pour cette année est le voisinage. Car la société civile locale y est appelée à jouer un rôle participatif avec celle des pays espagnol et latino-américains.

Avec cette forte participation de groupes étrangers, est ce que ce festival demeure toujours un événement artistique destiné beaucoup plus au public chefchaounis?
Lorsqu’on pense à créer la programmation d’un événement artistique ou culturel, on pense à faire de celui-ci un événement plus ouvert à un public large et universel. Sans oublier bien sûr les Chefchaounis en particulier et le public marocain auquel ce festival est beaucoup plus destiné. Et de fait que ce festival a été créé pour la promotion de la ville, nous essayons à travers cet événement d’y attirer aussi bien de touristes nationaux qu’étrangers. Cette édition a été également bien médiatisée, ce qui a aidé à bien faire connaître la ville de Chefchaouen à l’étranger.
 
Est-ce que vous êtes satisfait de cette 5ème édition?
En tant que directeur de cette édition et au nom de l’Association Alegria Chamalia, je dirais que tout s’est passe bien comme il a été prévu. Ce 5ème festival d’Alegria a permis aux habitants de Chefchaouen de vivre une ambiance très festive. Les deux scènes d’Ota Hamam et la scène Alegria ont connu une présence massive du public. Nous avons été aussi satisfaits au niveau organisationnel, bien que celui-ci ait connu certains problèmes liés à la forte participation d’artistes représentant différents pays et dont le nombre a atteint cette année 260.

Nous sommes à quelques heures de la clôture de cet événement. Est-ce que la prochaine édition sera plus développée que celle-ci?
Je crois que la vocation hispano-marocaine va continuer et sera nourrie par son ouverture sur les pays latino-américains. Il y aura certainement la conclusion de plusieurs partenariats avec d’autres festivals organisés dans ces pays. Et nous envisageons agrandir cet événement qui durera plus de trois jours et dont le programme sera plus riche. Il y aura également de surprises dont le public découvrira lors de la prochaine édition.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *