Larbi Rmiki : «Il s’agit pour nous de satisfaire un public cosmopolite»

Larbi Rmiki : «Il s’agit pour nous de satisfaire un public cosmopolite»

ALM : Par quoi se distingue la 8ème édition du festival «Nuit de la Méditerranée»?
Larbi Rmiki : Une programmation riche et éclectique de groupes venus du pourtour méditerranéen et au-delà des frontières de la Méditerranée, distingue cette 8ème édition. L’équipe artistique du festival s’inscrit dans la continuité par rapport aux éditions précédentes, et reste exigeante quant à la programmation. Le menu musical témoigne encore une fois d’une volonté d’ouverture et d’un souci permanent de fidéliser le public. Il s’agit pour nous de satisfaire le goût raffiné d’un public connaisseur, cosmopolite et perméable à toute expérience musicale de qualité.

Quels sont les objectifs de cet événement?
Le festival est d’abord une invitation au voyage de l’esprit et de l’imaginaire. Il contribue également à dynamiser l’image, la notoriété et l’économie de la région du nord du Royaume. Par ailleurs, un festival n’est jamais dénué d’idéologie politique. Ainsi la nôtre est celle de promouvoir une démarche moderne où l’on se projette dans l’avenir tout en gardant  nos traditions : s’ouvrir sur les courants qui viennent de l’extérieur, les regarder avec un oeil objectif et essayer d’en extraire ce qu’il y a de mieux. Si on allie cette démarche avec la tradition millénaire du pays, ce dernier sera le fer de lance de la culture.  Le festival se veut être un espace de tolérance et de rencontre des cultures.

Comment s’est articulée la programmation du festival?
La programmation du festival s’est articulée autour de 7 soirées thématiques. «La nuit de la rencontre» a réuni le groupe «3 MA» composé de trois musiciens mélangeant les couleurs de l’Afrique et qui sont issus du Maroc, du Mali et de Madagascar. La symbiose musicale qui existait entre eux constitue une vraie leçon dont devraient s’inspirer ces politiciens qui parlent la même langue et qui n’arrivent pas à s’entendre. «La nuit africaine» a été marquée par les spectacles des Gnaoua de Tanger et de la chanteuse ivoirienne Dobet Gnahoré. «La nuit chaâbi» constituait un retour aux sources avec la programmation de la Taktouka Jabalia et de groupes de musique populaires venus de diverses régions du Maroc. «La nuit des troubadours» évoque l’atmosphère musicale du Moyen âge et de la renaissance quand les musiciens chrétiens, juifs et arabes exaltaient l’amour pur. «La nuit latino Salsa» évoque ce lien permanent entre l’Amérique latine et la Méditerranée. Aussi Tanger ne peut échapper à une dimension hispanique d’où la programmation de «Nuit del arte flamenco». Le festival des Nuits de la Méditerranée est aussi un moment de formation et de résidence d’artistes. Les enfants et animateurs de toutes les associations tangéroises et les professeurs ainsi que tous les élèves d’écoles ayant participé à un atelier d’expression corporelle ont participé au concert de la soirée de clôture du festival «Nuit esprit du festival». Il s’agit ici de démocratiser la pratique de la musique et de la rendre accessible à tous. La recette de ce concert sera entièrement reversée à une œuvre sociale.

Pourquoi le choix de la Méditerranée pour ce festival ?
La Méditerranée est l’espace qui a donné naissance à plusieurs civilisations : Byzantine, Romaine, Phénicienne et autres. On retrouve ses traces au plus profond du continent africain. Elle représente la sortie de l’Afrique, son ouverture vers la mer. La pluspart des mythologies ont eu pour scène la Méditerranée. Elle est la mémoire du monde, le symbole de la convivialité. Elle porte en elle les valeurs universelles.

Que dire de l’association «Tanger région action culturelle» initiatrice du festival?
Nous sommes une association citoyenne qui a pour but la promotion et le développement culturel et socio-économique et l’accompagnement des grands chantiers de développement structurel. Nous avons également un rôle pédagogique et didactique d’où notre organisation chaque année du Salon international du livre de Tanger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *