Latefa Ahrrare : «Ma mère m’a accordé une grande attention le jour de mon premier jeûne»

Latefa Ahrrare : «Ma mère m’a accordé une grande attention le jour de mon premier jeûne»

ALM : Quel est votre plus beau souvenir du mois sacré de Ramadan ?
Latefa Ahrrare : Mon plus beau souvenir remonte à mon adolescence. Je me souviens de l’époque où nous habitions la caserne militaire de Guercif. J’étais âgée de 15 ans. Le Ramadan avait coïncidé avec le mois d’août. C’était la période de la canicule et c’était vraiment difficile pour les petits de jeûner jusqu’au crépuscule. C’était un défi que nous avons relevé avec bravoure. Pour éviter la chaleur, les enfants de la caserne avaient choisi de passer la journée au bord des rives de la Mélouia.
Ainsi, nous passions la longueur de la journée à nous baigner dans le fleuve tout en faisant en sorte de ne pas boire de l’eau. Cela nous faisait du bien, car on pouvait aisément se rafraîchir. De même, nous jouions dans les cimetières sous l’ombre des arbres.
Nous ne sentions pas le temps passé. Jusqu’à la fin de la journée, nous restions dynamiques, souriants et enthousiastes pour reprendre le jeûne le lendemain.

Qu’en est-il du moment de la rupture du jeûne?
Alors là, c’était un moment remarquable. Tous les enfants de la caserne rompaient le jeûne ensemble. Toute une cantine nous était consacrée. Ainsi, chacun de nous ramenait des mets pour décorer la table. Durant tout le Ramadan, nous goûtions de tous les plats.
C’était une vraie richesse de traditions. Notre époque était marquée, également, par la solidité de l’amitié et des rapports humains.
 
Évoquant les traditions, vous souvenez-vous du premier jour de votre jeûne ?
Ma mère m’a accordé une très grande attention le jour de mon premier jeûne. Comme toute maman soucieuse de la pérennité de nos mœurs, elle a repris en quelque sorte ce qu’elle a hérité des femmes de son entourage. Au moment de la rupture du jeûne, elle m’a mis du lait sur le visage, m’a donné du miel et une datte. Des gestes ancestraux qui revêtent une symbolique particulière.

Pouvez-vous nous faire part des anecdotes relatives au Ramadan ?
Il y a dix ans aujourd’hui, j’avais déménagé le premier jour du Ramadan. Arrivant chez moi, je me suis endormie pour un moment afin de me reposer. Quand je me suis réveillée, il faisait nuit. Je n’avais pas de quoi manger à part un sachet de café que j’ai dissous dans l’eau du robinet. C’était inoubliable pour moi, surtout que j’étais toute seule.
 
Quelle particularité revêt pour vous ce mois ?
C’est un mois durant lequel je médite . Cela procure au corps et à l’esprit du bien-être et relaxation. Pendant le Ramadan, j’utilise des plantes médicinales et des infusions. Par ailleurs, je me penche vers la spiritualité plus que les autres périodes de l’année.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *