«Le festival a atteint sa vitesse de croisière»


ALM : Par quoi se distingue la 11ème édition du festival ?
Abdelhak Afandi : La 11ème édition du Festival national du théâtre, qui s’est ouverte vendredi 3 juillet. Elle s’inscrit dans le cadre de la proclamation d’Al Qods capitale de la culture arabe pour l’année 2009. L’ouverture du festival a été marquée par un hommage rendu à des personnalités marocaines et arabes ayant marqué de leurs empreintes le monde du théâtre. Il s’agit de Malika Omari, Abdellah Chekroun, Abderrahman El Khiat, Samiha Ayoub (Egypte), Sonia (Algérie), Georges Ibrahim et Nezar Zogbi (Palestine). Cette 11 ème édition inaugure la deuxième décennie du Festival national de théâtre de Meknès. Ainsi, pendant les premières dix années, il était question de mettre le festival sur les rails en renforçant sa vocation à promouvoir le théâtre national. On a réussi ce pari. Et actuellement, le festival a atteint sa vitesse de croisière. Et il s’agit maintenant d’élargir encore plus les horizons et le rayonnement de cette manifestation. En témoigne cette année, le jury présidé par le metteur en scène marocain Saâd Chraïbi et qui comprend d’autres noms illustres du théâtre marocain et arabe. Aussi la qualité et le nombre de pièces de théâtre au menu de cette édition  confirment le niveau du festival.

Comment s’articule la programmation du festival cette année ?
Participent au festival 26 troupes, dont 12 pièces de théâtre marocaines dans le cadre de la compétition officielle et d’autres pièces hors compétition.
Le programme comprend également la présentation de pièces de théâtre par des troupes de pays arabes. Les représentations prévues dans le cadre de ce festival, qui se poursuivra jusqu’au 10 juillet, seront données à Meknès, Moulay Idriss Zerhoun, Ifrane, Azrou et Khénifra.
Des colloques, des débats, des cérémonies de signature d’ouvrages, des expositions et d’autres activités culturelles et artistiques sont également au menu de cette manifestation organisée par le ministère de la Culture, avec le soutien de la wilaya de Meknès-Tafilalet et la commune urbaine de Meknès.

C’est par le Festival national de théâtre de Meknès que se termine la saison théâtrale marocaine. Quel bilan faites-vous de la saison 2009 ?
La saison 2009 s’est distinguée des précédentes par sa diversité et par la qualité des représentations de théâtre surtout concernant celles qui ont bénéficié du fonds de soutien du ministère de la Culture.
On a vu des pièces venant de toutes les régions du Royaume, des œuvres de tous les genres: des pièces pour enfants, des pièces en amazigh…
 Le niveau des représentations s’améliore de plus en plus ces dernières années, et ce, grâce au travail des metteurs en scène et des troupes, suivis de près par le comité de soutien du ministère. Ce travail de proximité permet de diminuer les failles et de professionnaliser le secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *