Le film marocain «Pégase» remporte le Grand prix

Le film marocain «Pégase» remporte le Grand prix

Après avoir remporté le Grand prix du festival national du film de Tanger, voilà que le «Pégase» le long-métrage du réalisateur Mohamed Mouftakir, se distingue à Khouribga, la capitale du cinéma africain, en remportant lors de son 13ème Festival du film, samedi 17 juillet le Grand prix Ousmane Sembène. «Une consécration et un grand honneur pour le 7ème art marocain », a déclaré ému le réalisateur Mouftakir à la cérémonie de remise de ce prix doté de 70.000 DH. Selon le réalisateur, pour ce film, « l’acte de filmer est plus important que le sujet filmé ». Ce qui explique en partie le succès du film. Par ailleurs, le prix spécial du jury (50.000 DH), présidé par l’artiste et ex-ministre de la Culture, Touria Jabrane, a été attribué ex aequo au film sud-africain «Shirley Adams» d’Olivier Hermanus et au long-métrage marocain «Destins Croisés» de Driss Chouika. Le prix de la meilleure réalisation a été décerné au réalisateur égyptien Sameh Abdelaziz pour son film «La Joie», et celui du scénario à son compatriote Maryem Naoum pour le film égyptien «Un-Zero». Le prix du 1er rôle féminin a été attribué à l’actrice sud-africaine Denis Newman pour son rôle dans le film «Shirley Adams», celui du 1er rôle masculin a été décerné à l’acteur burkinabé Serge Henry pour son rôle dans le film «Une femme pas comme les autres» du réalisateur Abdoulaye Daoe. Par ailleurs, les prix du deuxième rôle féminin et masculin sont revenus respectivement aux acteurs Majdouline Idrissi (Maroc) pour son rôle dans le film «Pégase» et Samson Odhiambo (Kenya) pour son rôle dans le film «Soul Boy». Douze films étaient en lice pour le Grand prix du festival. Ils représentent dix pays africains : le Maroc, le Bénin, l’Afrique du Sud, le Niger, le Kenya, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Burkina Faso, la Tunisie et l’Egypte. Le programme de cette édition a été marqué de projections cinématographiques en salles et en plein air ainsi que par la présentation entre autre de deux ouvrages sur les expériences cinématographiques de Moumen Smihi et Farida Belyazid. Des ateliers de formation, un convoi cinématographique et un bulletin quotidien du Festival ont également ponctué cet événement. Présidé par Touria Jabrane, le jury de cette édition était composé notamment de Khadija Alami et Asmaa Khamlichi (Maroc), Amadou Tidiane Niagane et Bendiogaye Beye, (Sénégal), Michel Ouedraogo (Burkina Faso) et Kussai Saleh Aldarwich (Syrie). Le festival a également constitué une plate-forme pour le lancement d’ un appel au renforcement de la coopération entre les professionnels africains du cinéma. A ce titre,  Noureddine Sail, président de la Fondation du Festival du cinéma africain de Khouribga et directeur du Centre cinématographique marocain (CCM), avait également appelé les professionnels du cinéma africain à engager une sérieuse réflexion et un débat approfondi pour déterminer les obstacles à surmonter par le cinéma africain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *