Le Jimi Hendrix du Ribab

Le Jimi Hendrix du Ribab

Le 23 janvier 1979 naquit celui qui allait être l’un des jeunes mais grands ribabistes au Maroc. C’est en effet à un âge très jeune qu’il allait pratiquer cet instrument typique. Originaire de la ville d’Agadir, l’amoureux fou de cet instrument et de l’art amazigh rêve d’un jour où le Ribab rayonnera partout dans le monde. «J’espère permettre au ribab d’acquérir un plus grand rayonnement, autant que celui du guenbri des Gnaouas, la guitare, le violon ou encore le piano, instruments désormais reconnus à l’échelle internationale et que beaucoup de gens veulent découvrir et pratiquer», avait déclaré le talentueux ribabiste. Foulane Bouhcine a rejoint le conservatoire musical de la ville d’Agadir en 1996 où il a pu commencer l’apprentissage du violon et acquérir les principes fondamentaux de la musique.
Ses premiers pas sur scène étaient avec l’orchestre du conservatoire, l’orchestre régional de la capitale amazighe de Souss et l’orchestre de la Pop music marocain. Il est membre fondateur du groupe Amarg Fusion, son génie musical le pousse à puiser dans les sonorités amazighes et adopter le Ribab (instrument traditionnel amazigh). Issu d’une famille de musiciens, Foulane a grandi au milieu d’instruments traditionnels. Son talent et son ouverture aux musiques du monde et au jazz l’ont emmené à jouer avec de grands musiciens. Interrogé sur ce que représente pour lui le Ribab, Foulane  a expliqué que cet instrument constitue un symbole de la tendresse, la proximité entre les gens à travers la poésie et le chant amazighs qu’il a toujours accompagnés. «Le ribab est aussi un symbole de la culture marocaine et amazighe», ajoute-t-il. «Il faut valoriser cet héritage, l’actualiser et le partager avec les générations futures pour que celles-ci se l’approprient. Aujourd’hui pour exprimer leurs problèmes, nos jeunes s’imprègnent du hip hop et d’autres styles et les adaptent à leur langage et époque, cela est aussi possible avec la musique amazighe», a continué Foulane.
Loin de la musique, Bouhcine aime la lecture, il se penche surtout dans la recherche dans le patrimoine amazigh ainsi que son amour pour la natation. En effet, grâce à cet instrument, Foulane Bouhcine a confirmé son talent et participe dans plusieurs événement nationaux d’envergures tels que Timitar, Festivel Gnaoua d’Essaouira, le festival de Jazz au Chellah. Ses ambitions ont franchi le stade international. Foulane quittera le pays et voyagera vers la France, l’Allemagne et l’Espagne, respectivement aux «Escales, festival des musique du monde», le 28 août au festival du jazz et finalement le 19 septembre dans les Nuits du Ramadan. À peine les trentaines, Foulane s’inscrit dans le monde de l’art grâce à cet instrument amazigh mythique.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *