Le nouveau visage de la plage de Saïdia

Le nouveau visage de la plage de Saïdia

La paisible station balnéaire de Saïdia  ne cesse de peaufiner son attrait touristique. Ville par excellence des sables d’or, du soleil, de la mer et du climat clément, elle envoûte par la diversité de ses sites avoisinants et la multiplicité des choix naturels qu’elle propose. Qu’il soit guidé ou improvisé le détour en vaut la chandelle. D’ailleurs pour visiter Saïdia il est préférable d’entamer son périple enchanteur par l’ancienne médina. Et oui ! La fondation de Saïdia ne date pas d’hier. C’est le Sultan  Moulay Elhassan Premier qui l’édifia  en 1883 juste à gauche de l’Oued Kiss. Une  idée géniale d’édifier un fort avancé  pour assurer la protection de la région de Lamriss qui longe la frontière maroco-algérienne jusqu’à la ville d’Ahfir. Une médina qui est à l’heure de la   revalorisation de ses remparts, à l’instar de toutes les villes de l’Oriental. Des travaux  effectués par des maîtres ouvriers afin de garder intact le lustre d’un vestige architectural à la muraille large et aux édifices carrés jalonnés de décorations sobres, aux couleurs ocres et aux traits majestueux. En somme, des travaux pour revaloriser le patrimoine local et consolider l’attractivité touristique du lieu. En face, c’est le souk de toutes les convoitises.  Les délices de l’été submergent les étalages. Des poissons au goût spécifique à la région, des fruits de saison qu’on ne trouve pas ailleurs, des légumes bio de tous genres ainsi que d’autres délices. Que vous soyez gourmand ou sous régime, les privations sont interdites, car les calories  s’évaporent à l’air libre.
Juste à côté, ce sont les éternels rochers qui ont fait le bonheur des pêcheurs à la canne. Des dizaines de passionnés se donnent rendez-vous avant le coucher du soleil, à l’aube ou la nuit  et entament leur rituel du jet d’appât  à l’aide d’une canne. Un mouvement de la main gauche, un jet en profondeur de la droite et voilà l’hameçon qui convoite ses prises. La mer, à cet endroit, regorge de poissons et de  crustacés. Le coutumier travail commence par la pose de la canne sur une pique ou un trépied. Accroupis, les pêcheurs  attendent la touche des poissons venant au bord pour se nourrir. Une fois la ligne de la canne vibre, ils se pressent pour  ne pas rater la  prise et l’exhiber avec la fierté du marin-pêcheur. La journée, ces guetteurs de poissons cèdent leur place aux amateurs des plongeons acrobatiques qui exhibent leur savoir-faire devant une assistance à chaque fois enthousiaste.
Des rochers à l’embouchure de la Moulouya, c’est quatorze kilomètres de sable fin, de vagues dociles et d‘espaces infinis pour une baignade en toute sécurité. C’est ce que l’on nomme communément à partir de cette année, la plage de la corniche. Une corniche complètement rénovée, relookée et équipée pour en faire de Saïdia l’une des plus belles corniches du Maroc.
Une plage qui connaît un grand nombre d’estivants, mais n’est pas du tout encombrante, vu ses espaces étendus à perte de vue. Deux profondeurs ahurissantes en font le secret. Plus de cent mètres de sable pour arriver à l’eau et caresser les écumes. Le double de cette distance  en  creux maritime avec une profondeur inférieure à deux mètres sécurise les plus hésitants. Trois ponts de sable naturel sous forme de digues longent la plage des rochers à l’embouchure pour assurer une baignade tranquille. Ces endroits sont intercalés par des coins tranquilles pour ceux qui préfèrent le calme, l’écho chatouillant des silences  et le roulement des vagues qui emplit les têtes.
Des projecteurs puissants viennent d’être placés, cet été, le long de la corniche. Ils ont donné une autre dimension en couleur «arc-en-ciel» à une plage jadis déserte la nuit. La baignade à Saïdia est désormais  possible 24h sur 24h. Les allergiques aux rayons du soleil trouveront leur compte dans une plongée nocturne. 
Avec ses quatorze kilomètres de sable fin et doré reliant les deux rivières de la région : le Kiss et la majestueuse Moulouya : une très belle plage à la nature grandiose et à l’horizon infini. Cette spacieuse plage sablonneuse  est d’un éclat solaire ensorcelant  et d’une  finesse exquise. Des sable fins dorés  qui étincellent sous une eau limpide et toujours bleue.
Côté distraction : il semble que l’ennui a déserté ces lieux  depuis belle lurette : dompteurs de dunes en quads, randonnées nautiques encadrées par des professionnels ou à évasion libre. Des  voltigeurs  en scooter qui dressent des vagues sur leurs jets ski en free-style. «La fontaine» qu’ils provoquent en tournesol reste une figure toujours cotée auprès du public. Ces nouveaux passionnés des fortes sensations sont légion. Seulement ils doivent éviter l’approche des baigneurs. 
La balade des gens heureux se fait à pied ou à cheval. Un club équestre ainsi que des «chevaux de location» sont à portée de main. Et puisque Saïdia ne cesse de surprendre, sa marina vient d’être lancée pour des plaisirs aquatiques et les randonnées sur bateaux. Ce paisible lieu de mouillage est déjà  opérationnel au niveau de sa première tranche. Il est d’une capacité de 300 mouillages dont 270 déjà vendus. 550 autres embarcations sont attendues une fois les travaux  d’extension  achevés l’été prochain. Chose qui fera de Saïdia la meilleure marina de tout le pourtour sud de la Méditerranée.
La nuit à Saïdia est toute en couleurs de vie : cafés, restaurants, dancings, animation en plein air, clubs de nuit, foires de tous genres, espaces de jeux pour enfants. La cerise sur le gâteau n’est autre que le festival des Reggada. Quinze jours et nuits de musique de tous les horizons et de tous les genres avec comme refrain aux multiples exécutions: la danse et la musique locale.
                                    

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *