Les frères Bouchnak, les chevaliers du raï

Les frères Bouchnak, les chevaliers du raï

Les frères Bouchnak sont surnommés les chevaliers du raï, ils sont quatre : Hamid, Omar, Mohamed et Reda, sont nés à Oujda, et issus d’une famille d’artistes. Leur mère était chanteuse et leur père musicien. Les Bouchnak étaient destinés à faire carrière dans la musique. Dès leur jeune âge,  ils sont influencés par la musique du  raï algérien et deviennent au début des années 80 le groupe du raï le plus populaire au Maroc. Grâce au soutien de leur  père Benyounes, très célèbre dans le milieu de la musique arabo-andalouse, qui a inculqué à ses enfants l’amour du gharnati, ces derniers ont su métisser le gharnati et le raï dans leur répertoire musical. Quant à leur mère Zineb, elle était une des fans des Gnawas et de leur musique. Elle les faisait venir à la maison à l’occasion des fêtes religieuses ou familiales. Les frères Bouchnak en ont gardé le sens du tempo et l’art de l’entrée en transes. Ils participent  dans les fêtes de mariages et effectuent quelques tournées dans les villes du Maroc. En 1983, les frères Bouchnak ont enregistré leur première chanson intitulée «Janoura». Cette chanson leur a permis de remporter le premier prix du concours «Adoua El Madina».  Après avoir eu un grand succès, Ils ont intégré à leur musique du «Malhoun» et de la poésie. Il sont devenus des stars et célèbres dans le monde arabe et occidental, particulièrement aux Pays-Bas où ils comptent de nombreux fans.
En 1992, les frères Bouchnak ont enregistré une autre chanson intitulée «Ana Ghadi».  Avec un style de musique original, ils ont conquit la jeunesse marocaine avec des chansons comme «Hya hya», «Raï», «Sidi Yahia», « Ferhtna zina» et bien d’autres. En 1996, ils participent à l’Eurovision avec la chanson «Aynou Hara». Peu de temps après, les Frères Bouchnak se séparent, Hamid et Reda émigrent en France et sortirent deux albums notamment les chansons «Marocan rock» et «Bentennass». De leur côté, Omar et Mohammed ont ouvert leur studio  et enregistrent pour des artistes locaux, comme le célèbre groupe Nass El Ghiwane. Hamid, le benjamin et la voix du groupe, a su imposer son nom parmi les chanteurs du rai  les plus connus dans le monde arabe dès l’année 1995. Dans la même année, il a enregistré les chansons «Rahet liyyam», et  en 1996 «Ya Bent Ennas», «Laâfou Ya moulana». Il a remporté le prix de la meilleure chanson francophone décerné par MCM pour l’interprétation de «Il ne nous reste plus d’espoir» chanté en mélodie populaire. Après une absence de 3 ans, Hamid a eu la nationalité française et fait un retour fracassant avec son album «Moussem» qui a connu un grand succès. En 2004, Avec cet album, Hamid marque un tournant dans sa carrière: nouvel encadrement professionnel, nouveau look et nouvelles évolutions sur scène.
Actuellement, il a sorti un album intitulé «Hamid» incluant plusieurs chansons comme « Tikchbila », «Riht lblad».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *