Les jeunes maâlems sur le podium

Les jeunes maâlems sur le podium

Conjointement organisé par la province d’Essaouira, l’Association Essaouira-Mogador et la délégation provinciale de la culture, le Festival des jeunes talents gnaoua fêtera du 20 au 23 août, son cinquième anniversaire à travers une programmation riche en rythmes enfiévrés des jeunes artistes marocains réceptifs à l’esprit et à la musique ouverte et expérimentale écoutée lors des sessions annuelles du Festival des Gnaoua.
Après le festival des Gnaoua et des musiques du monde d’Essaouira qui désormais jouit d’une réputation internationale, la cité des Alizés se prépare à accueillir un bouquet de jeunes maâlems aux multiples compétences. Le public pourra ainsi se laisser bercer par les rythmes de la musique gnaouie interprétée par de jeunes talents issus de diverses villes du Royaume, et les groupes musicaux naissants ou confirmés de la nouvelle tendance World maghrébine, fusionnant les rythmes gnaouis avec d’autres styles issus d’autres cultures locales marocaines, à des rythmes d’ailleurs : reggae, soul, rap, fusion, jazz, etc… Notons que les quatre précédentes éditions, de l’avis des organisateurs et des festivaliers, avaient été une véritable réussite. La cinquième édition ambitionne également l’encouragement des jeunes des différentes régions du Royaume à développer leur savoir-faire et à préserver ce patrimoine authentique, tout en restant ouvert sur les autres genres musicaux.
Les festivaliers seront gratifiés aussi par des concerts acoustiques liés aux confréries d’Essaouira, outre les prestations des futurs maâlems invités de cette édition et des groupes de la World music tels que Dar Dmana, Houssa, Ganga Fusion, Darga et Kif Samba.
Le programme sera enrichi par le concours «jeunes talents gnaoua», censé récompenser les quatre meilleurs participants de l’édition dans les catégories guembri, voix, t’bal et prestation scénique. L’on prévoit également un hommage posthume à feu Mahmoud Akharaz, considéré comme l’une des figures emblématiques de la musique gnaouie. S’inscrivant dans la durée, plus que dans l’événementiel, soucieuse d’encourager davantage le concept du «festival école» ou «festival lieu de formation et de production culturelle», la cinquième édition du Festival des jeunes talents gnaoua d’Essaouira programme des ateliers de formation offerts aux jeunes désireux développer leurs performances, tant au niveau artistique qu’au niveau technique, dans les domaines des arts plastiques, percussions, métiers de la scène et de l’audiovisuel. A travers l’organisation d’une double exposition intitulée «Hâl, le tourbillon des génies» dont le but est à la fois pédagogique, culturel et artistique, la 5ème édition du festival, entend s’ouvrir sur les arts visuels dans tous leurs états.
Et c’est à Dar Souiri qu’aura lieu la première exposition conçue comme une ouverture sur l’univers spécifique des confréries. Quant à la seconde, elle sera montée au Bastion Bab Marrakech et réunira les oeuvres d’une vingtaine d’artistes marocains (peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes), transcrivant l’expérience du «hâl» (transe) ou du moins la vision singulière et créatrice que chacun d’entre eux peut en avoir.
Du 20 au 23 août, les mélomanes locaux, nationaux ou étrangers présents à Essaouira auront à découvrir et à apprécier le talent et le génie créatif des jeunes maâlems gnaoui représentant les différentes villes du Maroc, et des jeunes musiciens de la nouvelle tendance «World music».
A vos castagnettes et que la transe des jeunes maâlems commence !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *