Les Zouabris du Système (fin)

Même s’il a confié ne pas avoir participé à la violence en Algérie, Merah a néanmoins admis "avoir initié l’action armée" et a reconnu toutefois qu’il était le responsable militaire de l’organisation. Plus loin dans cette même interview, il a déclaré que la violence a été planifiée au plus haut niveau des autorités algériennes. Certains propos tenus ont été très dérangeants pour les véritables détenteurs du pouvoir en Algérie.
Pourquoi s’était-il attaqué à ses
protecteurs?
Comme tout opportuniste qui ne recherche qu’à réaliser ses ambitions, il a abandonné Smain, s’est rangé du côté du général Toufik et l’a rejoint dans le bras de fer qui l’oppose à Bouteflika. Merah évoquait pour critiquer Bouteflika "si Bouteflika persiste à utiliser la carte islamiste pour démanteler le système, les repentis qui ont bénéficié de l’amnistie seront forcement poussés vers les maquis pour que le chaos soit entretenu". C’est exactement ce qui est en train de se produire ; à Constantine, Jijel ou Souk Ahras où des repentis ont été assassinés, donnant lieu à des processions qui rappellent celles du début des années 1990.
Merah soufflait le chaud et le froid en évoquant à différents organes de presse qu’il détenait des informations inédites concernant des dossiers graves. Lesdites informations ont été recueillies au sein des services de sécurité dont il affirmait faire partie. Evoquant des dossiers brûlants tels que :
Le dossier de l’assassinat du président Mohamed Boudiaf, "dont les généraux se sont débarrassés, une fois sa mission terminée" ; allusion faite par Merah à la dissolution du FIS, à la promulgation de l’état de siège et à l’instauration des camps du sud. La flagrante mauvaise volonté de la hiérarchie militaire dans la lutte contre le terrorisme, mettant en doute sa volonté d’éradiquer ce fléau. L’ancrage de la mafia politico-financière et ses ramifications profondes au ministère de la Défense nationale.
Concernant la fraude qui a caractérisé les élections législatives de 1997, il a expliqué comment le pouvoir a réussi à exploiter les massacres perpétrés à Rais le 29.08.1997, à Bentalha le 22.09.1997 et à Beni Messous le 13.10.1997 pour consolider et promouvoir la victoire du RND lors des élections du 23.10.1997 en provoquant le "vote sécuritaire".
Les évènements de Kabylie, qui servent toujours d’enjeux aux luttes de clans, et qui ont été provoqués et entretenus pour déstabiliser Zeroual et dont l’objectif visait le pourrissement afin de pousser l’ex-Président vers la porte de sortie.
Plus extraordinaire encore est la vocation littéraire que Merah s’est découvert. Il a franchi une étape jamais encore franchie par aucun agent en publiant des manuscrits qui trouvent leurs essences dans les instructions qu’il recevait de Smain Lamari. Il a été chargé par ce dernier de "tirer" à boulets rouges sur les généraux Betchine et Zeroual dans son ouvrage "La troïka des généraux" et a contribué à sa façon à la liquidation politique du couple en question.
Tous ces points et bien d’autres ont été évoqués par Merah avec beaucoup d’arrogance; il pensait naïvement que les lourds secrets qu’il détenait, allaient mettre le couteau à la gorge de Smain Lamari et d’autres généraux. Ses ambitions ont fini par le tuer, lui le simple agent qui était convié aux cérémonies officielles se voyait ministre tout comme Merani, Saïd Guechi et d’autres islamistes du service. Quand on sait le prix déboursé par les décideurs pour se maintenir au pouvoir, il est presque normal de dire qu’un agent insignifiant ne pèse pas lourd dans la balance.
Merah a quand même eu le temps de prendre un dernier café au bureau de Smain Lamari à Ghermoul, avant de tomber malade chez le chef de cabinet de Benflis.
C’était vraiment trop de la part d’un "agent" qui n’a pas su reconnaître sa vraie dimension et qui a fini comme Icare en se brûlant les ailes de cire à force de vouloir atteindre le soleil.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *